VIDEO. "J'ai depuis toujours le sens de la loyauté" : quand Valls considérait Hamon comme "le candidat de sa famille politique"

En indiquant qu'il voterait pour Emmanuel Macron à la présidentielle, l'ancien Premier ministre s'affranchit du règlement de la primaire de gauche qu'il avait pourtant promis de respecter.

La promesse est oubliée. Manuel Valls a annoncé, mercredi 29 mars, qu'il votera pour Emmanuel Macron dès le premier tour de l’élection présidentielle. Et pas Benoît Hamon. L'ancien Premier ministre rompt ainsi avec son engagement, formulé à plusieurs reprises, de soutenir le vainqueur de la primaire du PS et de ses alliés.

>> DIRECT. Présidentielle : lâché par Valls, Hamon dénonce "une faillite morale de l'élite politique"

"Benoît Hamon est désormais le candidat de notre famille politique, disait-il ainsi au soir de sa défaite. J'ai depuis toujours le sens de l'action collectivité et de la loyauté. Je suis profondément attaché au repsect des engagements pris."

Un soutien qui fait réagir à gauche

Sa volte-face a vivement fait réagir à gauche, à commencer par Benoît Hamon. le socialiste a dénoncé "ces politiciens qui ne croient plus en rien et qui vont là où le vent va, au mépris de toute conviction"Sur Twitter, Arnaud Montebourg, candidat malheureux à la primaire, a qualifié Manuel Valls d’homme "sans honneur". Autre réaction remarquée, celle de Martine Aubry mercredi soir à Lille lors d'un meeting aux côtés de Benoît Hamon. Visant Manuel Valls et d'Emmanuel Macron, elle a dit : "Qui se ressemble s'assemble, finalement."

En indiquant qu\'il voterait pour Emmanuel Macron à la présidentielle, l\'ancien Premier ministre s\'affranchit du règlement de la primaire de gauche qu\'il avait pourtant promis de respecter.
En indiquant qu'il voterait pour Emmanuel Macron à la présidentielle, l'ancien Premier ministre s'affranchit du règlement de la primaire de gauche qu'il avait pourtant promis de respecter. (Brut)