"Les boules puantes sont démultipliées par les réseaux sociaux" : Rachida Dati prend acte du retrait de Benjamin Griveaux aux municipales à Paris

Rachida Dati, candidate LR à la mairie de Paris et donc ancienne adversaire de Benjamin Griveaux, dénonce en exclusivité sur franceinfo "les boules puantes démultipliées avec les réseaux sociaux".

Rachida Dati. 
Rachida Dati.  (DANIEL PIER / NURPHOTO)

La candidate Les Républicains à la mairie de Paris Rachida Dati a confié vendredi 14 février, en exclusivité à franceinfo, avoir "une pensée très forte pour la famille de Benjamin Griveaux", qui a renoncé à sa candidature. "Les boules puantes, les attaques si souvent d'une extrême violence, allant jusqu'aux menaces de mort, sont évidemment démultipliées avec les réseaux sociaux", a-t-elle ajouté.

>> Retrait de Benjamin Griveaux : suivez les dernières informations en direct

"Quand on essaie de déformer votre vie privée avec un seul objectif, celui de vous mettre à terre ou de vous éliminer de la vie publique, c'est indigne et ça doit nous interpeller", a estimé Rachida Dati, rappelant avoir été elle-même la cible "d'attaques graves" par le passé.

"On oublie qu'on n'est pas des robots"

"De plus en plus, les citoyens attendent des responsables politiques de la cohérence entre ce qu'ils disent et ce qu'ils incarnent. Toutefois, c'est vrai que cet engagement politique, c'est un engagement humain. Et derrière cet engagement politique, on oublie qu'il y a un entourage, on oublie qu'il y a une famille, on oublie qu'on n'est pas des robots", a souligné la candidate LR, tout en reconnaissant que les politiques ont une part de "responsabilité".

"Peut-être, pour certains, on s'est sans doute trop exposés. C'est pour ça que, moi, j'ai toujours fait le choix de ne pas exposer ma vie privée. S'agissant de ma fille, elle n'est jamais apparue quelque part, jamais, j'essaie de la préserver", a-t-elle ajouté.

L'ancien candidat LREM a retiré sa candidature à la mairie de Paris, après la diffusion sur internet de vidéos à caractère sexuel qui lui sont attribuées. Contacté par franceinfo, Richard Malka, l'avocat de Benjamin Griveaux, annonce qu'il "poursuivra toutes les publications qui violeront la vie privée" de son client, tout en refusant de confirmer ou d'infirmer que l'ancien candidat LREM est effectivement l'homme visible sur les vidéos en question.

"Cette campagne doit rester digne et à la hauteur des enjeux fondamentaux de Paris", a conclu Rachida Dati.