Cet article date de plus de trois ans.

Bagnolet : les ras-le-bol des élus après trois semaines de violences

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Bagnolet : les ras-le-bol des élus après trois semaines de violences
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

La ville de Seine-Saint-Denis est soumise à des violences urbaines depuis trois semaines à cause d'une guerre entre dealers.

Une vingtaine de voitures brûlées en pleine nuit, plusieurs échanges de tirs et quatre personnes blessées par balles : c'est le bilan de trois semaines de violences à Bagnolet (Seine-Saint-Denis). Il y a quelques jours, un café a été la cible de tirs, avec des clients à l'intérieur. Seul le double vitrage a évité le pire. "Ça fait des années qu'on attend la sécurité, mais ça ne bouge pas", confie, fataliste, une habitante de la ville.

"C'est une zone de non-droit

Les tensions auraient pour origine une guerre entre les trafiquants de drogue, et les élus ont demandé des renforts de police. "C'est une zone de non-droit, en fait", s'alarme un riverain en référence aux trafics des dealers qui gangrènent la ville. "Quand vous concentrez autant de difficultés et aussi peu de moyens publics, ça laisse la place à ceux qui veulent faire du business là-dedans, et avec une police qui n'a pas les moyens", constate le député La France insoumise Alexis Corbière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Banlieues

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.