Allocution, tribune, compte Twitter... L'opération de com poussive de Jean-Marc Ayrault

Le Premier ministre a plaidé pour un "nouveau modèle français", dans un court discours et une tribune qui n'ont pas échappé aux critiques.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a signé une longue tribune dans \"Le Monde\" le 3 janvier 2013, dans laquelle il invite les Français à relever le défi de la mondialisation, contre les discours de \"rupture\".
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a signé une longue tribune dans "Le Monde" le 3 janvier 2013, dans laquelle il invite les Français à relever le défi de la mondialisation, contre les discours de "rupture". (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

En chute dans les sondages depuis cet été, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, tente de reconquérir l'opinion. Il a plaidé pour un "nouveau modèle français", dans un court discours sur le perron de l'Elysée jeudi 3 janvier et une longue tribune publiée dans Le Monde. Vendredi, il a renouvelé son discours sur l'emploi. Francetv info revient sur cet exercice de reconquête.

Une journée placée sous le signe de la com

La journée du premier Conseil des ministres de l'année, jeudi 3 janvier, a marqué le lancement du plan de re-séduction de Jean-Marc Ayrault. Discours sur perron de l'Elysée, suivi d'une longue tribune dans Le Monde pour défendre le "nouveau modèle français". Tandis que le président de la République, François Hollande, vient de renforcer son équipe de communication avec l'arrivée du journaliste Claude Sérillon, le Premier ministre semble lui aussi chercher à redorer son image après les couacs en série du gouvernement depuis cet été. La preuve : il a réactivé dès jeudi son compte Twitter et en a ouvert un nouveau, @fil_gouv, présenté comme "le compte officiel du gouvernement français"

 

 

Deuxième acte de cette séquence de communication pour l'exécutif : Jean-Marc Ayrault a renouvelé son discours sur la mobilisation du gouvernement dans "la bataille pour la croissance et pour l'emploi", vendredi sur le perron de l'Elysée, à l'issue du séminaire sur l'économie organisé autour de François Hollande. 

Un exercice qui n'échappe pas aux critiques

L'opposition a aussitôt attaqué le chef du gouvernement. Où est le nouveau modèle ? "On le cherche ! a ironisé Henri Guaino (UMP) sur Europe 1. Il n'y a pas de vision (…), il n'y a aucune volonté dans ce texte."

Europe 1

La tribune de Jean-Marc Ayrault a également été sévèrement jugée dans la presse : "L’exécutif cherche à reprendre la main en affichant un volontarisme à toute épreuve sur la question de l’emploi. Cette forme d’autopersuasion est d’autant plus nécessaire que l’année qui s’ouvre ne s’annonce guère primesautière", résume Philippe Waucampts dans Le Républicain lorrain.

Sur la forme, Hervé Gattegno, du Point, juge le texte du Premier ministre "aussi ennuyeux que son discours de politique générale". Selon Ivan Drapeau, de Charente libreJean-Marc Ayrault, dans sa tribune "long[ue] comme un jour sans pain", ne propose pas solutions pour parvenir à ses objectifs. Pour l'éditorialiste, le texte est "une longue litanie de l’état des lieux de la situation économique et sociale, une fort belle série de vœux pieux et encore de reprises d’engagements entendus durant la campagne électorale".

Les enquêtes d'opinion n'ont pas encore mesuré les effets de ce plan de communication de l'exécutif. Mais les sondages indiquent déjà qu'avec 3,13 millions de demandeurs d'emploi fin novembre, le chômage reste la préoccupation majeure des Français. Le gouvernement sera donc surtout attendu sur ses résultats.