Cet article date de plus d'un an.

Vidéo L'écologie "aboutit parfois à des visions que je combats fondamentalement", comme "la collapsologie", affirme Alain Juppé

Publié
Article rédigé par
Radio France

"Je crois avoir fait de Bordeaux une des villes vélo les plus symboliques depuis des années et des années", défend l'ancien maire qui déplore une façon de voir l’écologie qui est totalement réactionnaire, anti-progrès".

L'écologie "aboutit parfois à des visions que je combats fondamentalement", a affirmé Alain Juppé, ancien Premier ministre et ancien maire de Bordeaux, jeudi 10 septembre sur France Inter, invité pour la sortie de son livre "Mon Chirac" (Editions Tallandier).

"Il y a une façon de voir l’écologie qui est totalement réactionnaire, anti-progrès (...) et puis on a abouti parfois à des visions que je combats fondamentalement : la collapsologie, le monde va s’effondrer. Ce n’est pas nouveau, la fin du monde, les craintes millénaristes de la fin du monde, ça revient de temps en temps", a-t-il expliqué.

De façon générale, je déteste les fanatismes ou les extrémismes, qu’ils soient de gauche ou de droite, ou qu’ils soient verts d’ailleurs.

Alain Juppé 

à France Inter

"J’ai écrit un livre qui s’appelait 'Je ne mangerai plus de cerises en hiver' [en 2009] et j’avais piqué cette phrase à Nicolas Hulot. J’ai toujours été sensibilisé aux questions écologiques. Je crois avoir fait de Bordeaux une des villes vélo les plus symboliques depuis des années et des années", a défendu l'ancien maire.

Après 73 ans passés à droite, Bordeaux a basculé aux dernières municipales, avec l'élection de Pierre Hurmic, membre d'Europe Ecologie Les Verts (EELV). "Les Bordelaises et les Bordelais ont fait leur choix et en bon démocrate je le respecte bien sûr totalement", a déclaré Alain Juppé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alain Juppé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.