Marine Le Pen comparait pour incitation à la haine raciale

Il y a cinq ans la présidente du Front national avait tenu des propos polémiques sur les prières de rue.

FRANCE 3

Marine Le Pen très à l'aise et tout sourire faisait ce mardi 20 octobre son entrée au palais de justice de Lyon. La présidente du Front national faisait face à la justice, poursuivie pour incitation à la haine raciale.
Une accusation qui intervient après ses propos polémiques. En décembre 2010, alors qu'elle tenait un meeting à Lyon, elle avait face à des militants, comparé les prières de rue des musulmans à l'Occupation sous la seconde guerre mondiale.

Relaxée ?

Dans une salle pleine à craquer, Marine Le Pen se défend bec et ongles. Ce n'est pas une justiciable ordinaire. C'est un leader politique et une avocate. Marine Le Pen l'affirme, elle n'a pas incité à la l'islamophobie, elle a dénoncé un comportement. Le procureur a réclamé la relaxe pour Marine Le Pen estimant que ses propos n'étaient autres que des arguments politiques prononcés face à des militants, qu'elle n'avait fait que défendre la laïcité et même que discriminer des personnes qui ne respectent pas la loi n'était pas un délit.

Le JT
Les autres sujets du JT
Marine Le Pen, le 17 septembre 2015. 
Marine Le Pen, le 17 septembre 2015.  (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)