Affaire Karachi : le parquet fait appel de l'enquête visant Nicolas Sarkozy

Trois juges d'instruction ont décidé, la semaine dernière, d'enquêter pour "violation du secret de l'instruction". 

Nicolas Sarkozy avant un discours à Nice, le 9 mars 2012, lors de la campagne pour l\'élection présidentielle.
Nicolas Sarkozy avant un discours à Nice, le 9 mars 2012, lors de la campagne pour l'élection présidentielle. (VALERY HACHE / AFP)

Le parquet de Paris a fait appel de la décision des juges d'enquêter pour déterminer si Nicolas Sarkozy s'est rendu complice d'une violation du secret de l'instruction lors de la diffusion en 2011 d'un communiqué sur l'affaire Karachi. C'est ce que rapporte, lundi 14 janvier, une source judiciaire auprès de l'Agence France-Presse.

Le 18 juin 2012, des familles de victimes de l'attentat de Karachi ont en effet porté plainte, avec constitution de partie civile, contre l'ancien président pour "violation du secret de l'enquête et de l'instruction" et "violation du secret professionnel". Cette plainte faisait référence à la publication d'un texte de l'Elysée. Publié le 22 septembre 2011, le document affirmait que "s'agissant de l'affaire dite de Karachi, le nom du chef de l'Etat n'apparaît dans aucun des éléments du dossier".

Contre l'avis du parquet, trois juges d'instruction ont donc décidé, mercredi, d'instruire sur les faits visant Nicolas Sarkozy. Avec l'appel du ministère public, il revient désormais à la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris de se pencher sur ce différend, qui porte sur une interprétation différente de la Constitution.