Cet article date de plus de huit ans.

Bouches-du-Rhône : Guérini (PS) de nouveau mis en examen dans l'affaire des marchés publics

Le sénateur et président du conseil général est mis en examen dans un des volets du dossier. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le sénateur PS Jean-Noël Guérini, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 17 décembre 2012. (BORIS HORVAT / AFP)

C'est sa troisième mise en examen. Jean-Noël Guérini a une nouvelle fois été mis en examen, lundi 3 juin, dans un des volets de l'affaire des marchés publics présumés frauduleux dans les Bouches-du-Rhône, selon une source judiciaire. Au terme d'un passage devant le juge d'instruction, le président du conseil général des Bouches-du-Rhône, qui n'a pas été placé sous contrôle judiciaire, a été mis en examen pour "association de malfaiteurs en vue de la commission des délits de trafic d'influence", "corruption passive" et "détournement de fonds publics", ainsi que pour "trafic d'influence et favoritisme" ("atteinte à la liberté d'accès et à l'égalité des candidats dans les marchés publics"), selon le parquet.

Une décision "contradictoire"

Convoqué à 14 heures, Jean-Noël Guérini a commencé par ne pas se présenter. Son avocat Dominique Mattéi a indiqué à la presse qu'il était chez son médecin pour un "rendez-vous pris de longue date". Le sénateur est finalement arrivé chez le juge peu avant 16 heures par une porte dérobée, selon une source proche du dossier. Il a quitté le palais de justice une heure et demie plus tard, à bord d'une voiture banalisée.

Dans une courte déclaration publiée sur son blog peu après, l'élu socialiste estime que sa mise en examen est "en contradiction" avec l'analyse du juge. Il affirme que ce dernier avait écrit que le rôle de l'élu dans les prises de décisions était "difficile à cerner et surtout à critiquer".

Son frère déjà mis en examen

L'affaire porte sur des marchés publics présumés frauduleux dans la région. Elle implique des membres présumés du grand banditisme local aux côtés de chefs d'entreprises, d'élus et de fonctionnaires. Début avril, le sénateur PS, 62 ans, avait été placé en garde à vue chez les gendarmes. Mais il avait dû être hospitalisé en raison de problèmes de tension et n'avait pu être mis en examen alors. Son frère, Alexandre Guérini, entendu en même temps que lui, avait été mis en examen, notamment pour "association de malfaiteurs", et placé sous contrôle judiciaire.

Les deux frères Guérini sont déjà mis en examen dans un autre dossier instruit par le même juge, qui concerne des décharges exploitées dans les Bouches-du-Rhône par Alexandre Guérini.  

Jean-Noël Guérini a également été mis en examen début mars dans un dossier distinct, pour détournement de fonds publics. Il est soupçonné d'avoir "arrangé" le licenciement de Jean-David Ciot, ancien membre de son cabinet, élu depuis député PS d'Aix-en-Provence et actuel responsable de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Guérini

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.