Un docteur parisien veut faire radier l'ancien ministre Jérôme Cahuzac de l'Ordre des médecins

L'ancien homme politique exerce depuis un mois en tant que médecin généraliste remplaçant dans un dispensaire en Guyane française.

L\'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, quitte la cour d\'assises de Paris lors de son procès pour \"fraude fiscale\" et \"blanchiment de fraude fiscale\", le 12 février 2018.
L'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, quitte la cour d'assises de Paris lors de son procès pour "fraude fiscale" et "blanchiment de fraude fiscale", le 12 février 2018. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Il ne compte pas laisser un "repris de justice" exercer la médecine. Le docteur parisien Alain Choux a décidé de porter plainte contre l'ancien ministre du Budget, et chirurgien plastique de formation, Jérôme Cahuzac, a appris le Journal du Dimanche. L'ancien homme politique exerce depuis un mois en tant que médecin généraliste remplaçant dans un dispensaire en Guyane française.

"Sauf erreur ou omission de ma part, lors de mon inscription à l'Ordre des médecins de Paris, j'ai dû fournir une copie certifiée conforme qui confirmait que mon casier judiciaire était vierge de toute condamnation", note le médecin dans le courrier qu'il vient d'adresser au président du conseil de l'ordre des médecins de Corse du Sud, où s'est installé Jérôme Cahuzac. L'ancien ministre a été condamné en appel, en mai, à 4 ans de prison, dont deux ferme, et 300 000 euros d'amende pour "fraude fiscale" et "blanchiment de fraude fiscale". 

"Je demanderai sa radiation"

Le praticien s'interroge aussi sur les preuves de mise à niveau qu'a du fournir l'ancien chirurgien esthétique, afin d'exercer comme généraliste. "Bien entendu, après une tentative de conciliation, je saisirai le Conseil disciplinaire de l'Ordre des médecins pour demander une radiation de ce repris de justice", prévientAlain Choux.

Le médecin parisien n'est est pas à sa première intervention, rappelle le JDD : "il avait obtenu en 2014 un an d'interdiction d'exercer, dont six mois avec sursis, à l'encontre des professeurs Philippe Even et Bernard Debré suite à la publication de leur Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux".