Affaire Richard Ferrand : le parquet national financier ouvre une information judiciaire pour "prise illégale d'intérêts" après la plainte de l'association Anticor

Le 13 octobre 2017, le parquet de Brest avait classé sans suite l'enquête préliminaire visant le chef de file des députés LREM à l'Assemblée.

Le patron des députés LREM à l\'Assemblée, Richard Ferrand, le 23 juin 2017 à Paris. 
Le patron des députés LREM à l'Assemblée, Richard Ferrand, le 23 juin 2017 à Paris.  (ALAIN JOCARD / AFP)

Le parquet national financier a ouvert une information judiciaire pour "prise illégale d'intérêts", "recel" et "complicité" de ce délit dans l'affaire Richard Ferrand, révèle Le Canard enchaîné, dans son édition du mercredi 17 janvier. Une information confirmée à franceinfo par une source proche du dossier.

"C'est un processus classique, un non-événement", assure cette même source. Cela fait suite à la plainte de l'association Anticor avec constitution de partie civile, déposée en novembre dernier pour relancer l'enquête sur l'affaire du bien immobilier acquis par la compagne de Richard Ferrand et loué aux Mutuelles de Bretagne qu'il dirigeait après que l'enquête avait été classée sans suite par le parquet de Brest.

Après une plainte avec constitution de partie civile, le parquet est obligé de saisir le juge d'instruction. Et sauf cas exceptionnel, on est obligé de suivre.Une source proche du dossierà franceinfo

Compagnon de la première heure d'Emmanuel Macron, Richard Ferrand, actuel président du groupe La République en marche (LREM) à l'Assemblée, avait été mis en cause le 24 mai dernier par Le Canard enchaîné. Selon l'hebdomadaire, en 2011, les Mutuelles de Bretagne, dont il était le directeur général, avaient souhaité louer des locaux commerciaux à Brest pour ouvrir un centre de soins. Elles avaient choisi l'offre d'une société immobilière appartenant à la compagne de Richard Ferrand, parmi trois propositions.