Accusé de harcèlement sexuel, Denis Baupin perd son procès en diffamation contre des médias et ses accusatrices

Il devra verser en outre au moins 500 euros de dommages et intérêts à chacun des prévenus pour "abus de constitution de partie civile".

Denis Baupin, alors vice-président de l\'Assemblée nationale, lors d\'une réunion à Paris le 4 avril 2015.
Denis Baupin, alors vice-président de l'Assemblée nationale, lors d'une réunion à Paris le 4 avril 2015. (BERTRAND GUAY / AFP)

La justice a donné tort à Denis Baupin dans son procès pour diffamation intenté à des femmes et des médias, vendredi 19 avril. Le tribunal correctionnel a en effet accordé la relaxe à six femmes qui l'accusent de harcèlements et violences sexuels, deux hommes témoins, ainsi qu'à deux journalistes et leurs médias – France Inter et Mediapart.

La relaxe est conforme aux conclusions de la procureure qui avait souligné, en février, la bonne foi et le travail sérieux des journalistes. Au fil des débats, d'ailleurs, le procès de la presse s'est mué en charge contre l'ancien vice-président de l'Assemblée nationale. Huit femmes avaient raconté des  "SMS salaces", des "gestes déplacés" et des "agressions" : "les deux mains sur les seins", le "pied coincé dans la porte", "une caresse très douce ressentie comme une grande violence".

Cette affaire avait été révélée il y a trois ans, constituant un signe avant-coureur de la déferlante #metoo soulevée par le scandale Weinstein en 2017-2018. Denis Baupin devra en outre verser au moins 500 euros de dommages et intérêts, pour "abus de constitution de partie civile", à chacun des prévenus.

Des témoignages diffusés par France Inter et Mediapart en 2016

Plusieurs responsables et élues d'Europe Ecologie-Les Verts accusent le député Denis Baupin, qui a quitté en avril 2016 la formation en raison de désaccords politiques, de gestes déplacés assimilables à du harcèlement ou des agressions sexuels. Des témoignages diffusés en mai 2016 par France Inter et le site Mediapart portent sur des faits remontant jusqu'à la fin des années 1990.

"Le tribunal a précisé que tous les propos tenus dans les quatre articles poursuivis sont entièrement diffamatoires", souligne pour sa part Emmanuel Pierrat, avocat de l'ancien élu. Il précise dans un communiqué que la justice "n'a pas prononcé de condamnation, en raison de règles propres au droit de la presse relatives à la bonne foi des journalistes". Denis Baupin se réserve "le droit de faire appel" et "souhaite dorénavant que cesse donc pour de bon pour le lynchage médiatique dont lui et sa famille ont été victimes pendant près de trois ans" .