Procès Balkany : sept ans de prison ferme et dix ans d'inéligibilité requis contre le maire de Levallois-Perret pour blanchiment de fraude fiscale et corruption

Quatre ans avec sursis et 500 000 euros d'amende ont été requis jeudi contre son épouse Isabelle, poursuivie pour blanchiment de fraude fiscale. 

Le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), le 23 mai 2019 au tribunal de grande instance de Paris.
Le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), le 23 mai 2019 au tribunal de grande instance de Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Le procureur a requis, jeudi 13 juin, sept ans de prison ferme, avec mandat de dépôt, et dix ans d'inéligibilité contre le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, jugé pour corruption passive, blanchiment de fraude fiscale aggravée et prise illégale d'intérêts. Quatre ans avec sursis et 500 000 euros d'amende ont été requis contre son épouse Isabelle Balkany, poursuivie, elle, pour blanchiment de fraude fiscale aggravée. En convalescence après une tentative de suicide début mai, elle est la grande absente de ce procès.

"Patrick Balkany est coupable de la plus grave atteinte à la probité publique", a déclaré le procureur financier Serge Roques lors d'un réquisitoire implacable à deux voix, prononcé pendant 2 heures et demie avec Arnaud de Laguiche, substitut du procureur. Jugés devant le tribunal correctionnel de Paris depuis le 13 mai, les Balkany sont soupçonnés d'avoir dissimulé au minimum 13 millions d'euros d'avoirs au fisc entre 2007 et 2014, notamment deux somptueuses villas, Pamplemousse aux Antilles, et un riad à Marrakech.

Un blanchiment "ancien et systématique"

"Quand j'ai commencé à écrire ce livre, j'avais le souci de moi-même. (...) Mais je ne suis qu'un homme qui se veut être au service des autres" : Arnaud de Laguiche amorce le réquisitoire avec les mots de Patrick Balkany, écrits en conclusion de Une autre vérité, la mienne, en août 2009. "Les dates, la concordance des temps, peut être cruelle, monsieur le président. Les dates montrent qu'en août 2009 Patrick Balkany était engagé dans l'acquisition de sa villa au Maroc", insiste le procureur, dans un débit rapide mais efficace. Toute la duplicité du maire de Levallois-Perret est contenue dans cette attaque.

Les procureurs s'acharnent à démontrer que les arguments des époux Balkany ne tiennent pas. Selon eux, le blanchiment ne fait aucun doute : il "est ancien et systématique". "Les époux Balkany ont mis en place des montages offshore dans le seul but de dissimuler qu'ils étaient propriétaires de biens à l'étranger", martèle Serge Roques.

Un "pacte de corruption" entre les prévenus

Pour le ministère public, la corruption est tout aussi avérée : un "pacte" continue "de lier les prévenus" et "tout aveu de l'un entraînerait l'autre". "Ils se détestent mais ils doivent encore se tenir", explique Arnaud de Laguiche. Il affirme, tout comme Serge Roques, que Patrick Balkany s'est fait offrir la villa de Marrakech par Mohamed Al Jaber, un milliardaire saoudien. En échange, le promoteur a obtenu des délais dans un énorme contrat immobilier, les fameuses tours de Levallois qui ne sortiront jamais de terre. Les deux hommes se sont invectivés à l'audience, mais se sont accordés pour nier tout pacte de corruption.

Contre Mohamed Al Jaber, le parquet national financier a requis quatre ans, dont deux avec sursis, et 150 000 euros d'amende, et quatre ans de prison, dont deux avec sursis, et une interdiction d'exercer à l'encontre de l'avocat Arnaud Claude, "le pilote de l'opération". Le parquet a également demandé trois ans dont un avec sursis et 150 000 euros d'amende contre Jean-Pierre Aubry, "prête-nom jusqu'au sacrifice" pour son "maître" Patrick Balkany, et une amende de 100 000 euros contre le fils Balkany, Alexandre, poursuivi pour avoir "couvert" ses parents en souscrivant des baux de location fictifs du riad de la palmeraie.

"Marianne a dû essuyer quelques larmes"

Enfin, pour illustrer l'atteinte "à la probité publique", Arnaud de Laguiche choisit de décrire une scène, "il y a dix ans à peu près", entre Patrick Balkany et Georges Forrest. Selon l'accusation, le maire a reçu une commission de cet industriel belgo-congolais, qui aurait servi à financer une autre partie de l'acquisition de la villa marocaine. Dans cette scène, le procureur évoque deux "témoins" qui ne peuvent pas parler : le buste de Marianne et le portrait du président de la République sur la cheminée. "Seuls les Napolitains et les Siciliens croient aux statues qui pleurent. J'ai la conviction que Marianne a dû essuyer quelques larmes de tristesse ce jour-là", lâche Arnaud de Laguiche. La phrase ne plaît pas aux prévenus, qui s'agitent sur leur banc. On entend l'avocat de Patrick Balkany qui grommelle dans la salle d'audience.

Eric Dupond-Moretti s'en explique à la sortie de l'audience, sonné par ces réquisitions sévères. "La justice au pied du mur de l'exemple, cela a ses limites", réagit-il vigoureusement. "Le procureur est à la fois la démocratie, la morale publique, la République, et même il fait pleurer une statue de Marianne, vous avez entendu ça. Ce qui est une allégorie assez singulière. Mais Marianne elle n'était pas dans la salle d'audience", insiste-t-il. Avant d'asséner : "Quatre ans pour avoir fraudé, c'est assez incroyable en termes de jurisprudence."

Et d'ajouter : "On requiert aujourd'hui contre lui ce que parfois on ne requiert pas dans les crimes de sang." A ses côtés, le visage cramoisi, pétrifié par la peine réclamée, Patrick Balkany n'a pas dit un mot. Le procès reprendra lundi avec les plaidoiries de la défense. Il doit s'achever mercredi 19 juin.