"C'est un bandit... mais la ville est très bien" : les habitants de Levallois attendent avec philosophie le procès Balkany

Empêtrés dans les affaires, Isabelle et Patrick Balkany dont le procès doit s'ouvrir lundi peuvent-ils encore compter sur le soutien des habitants de leur fief des Hauts-de-Seine ?

Entrée de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).
Entrée de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). (MIGUEL MEDINA / AFP)

Le procès de Patrick et d'Isabelle Balkany s'ouvre lundi au tribunal correctionnel de Paris. Le maire LR de Levallois-Perret et son épouse - qui est aussi sa première adjointe - sont poursuivis dans deux dossiers : fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale aggravée. Ils sont notamment soupçonnés d'avoir dissimulé à l'administration fiscale un patrimoine d'au moins 13 millions d'euros. Empêtrés dans les affaires, les Balkany peuvent-ils encore compter sur le soutien des habitants de leur fief des Hauts-de-Seine ? 

Le reportage de Farida Nouar
--'--
--'--

Il fait bon vivre à Levallois, ville choyée, propre, avec ses infrastructures sportives et culturelles. Nicole est arrivée ici en 1983, l’année ou Patrick Balkany est élu maire pour la première fois. Six mandats plus tard et même s'il est cerné par les affaires, elle le soutient. "Regardez l’environnement, nous avons beaucoup d’espaces verts. C’est vrai qu’il y a beaucoup d’a priori sur le maire, sa personne disons, reconnaît Nicole. Mais on vit dans un endroit qui est quand même assez exceptionnel dans la couronne de Paris." 

Avec un budget de 200 millions d'euros de fonctionnement annuel pour la ville, les Balkany gâtent leurs administrés. Alors Pierre, papa de deux enfants, veut bien fermer les yeux sur leurs démêlés judiciaires. "Les écoles sont super bien équipées, les enfants ont de belles sorties, ils font des classes vertes, vont dans les musées. L’éducation est vraiment encadrée", approuve le père de famille. "Sur les casseroles judiciaires du couple Balkany, pour l’instant il est présumé innocent avant d’être jugé coupable", poursuit-il, tout en précisant qu’il n’hésiterait pas à revoter pour lui aux municipales.

"Il a fait de bonnes choses pour la ville mais il a une série de casseroles"

Boîtes de chocolats, bouteilles de champagne deux fois par an pour les personnes âgées… Patrick Balkany sait se montrer généreux avec les habitants de Levallois. Mais Roger ne se laisse plus amadouer par ces douceurs. "C’est un bandit, lance-t-il en souriant. Non, mais c’est vrai, la ville est très bien. Et il a certainement fait de bonnes choses pour la ville, mais il a une série de casseroles. " Même sentiment chez Danièle et son mari François. "Du côté des affaires c’est une catastrophe, mais comme il y a beaucoup de personnes âgées dans la ville, elles sont quand même flattées parce qu’on s’occupe d’elles. Donc, les gens lui pardonnent finalement... mais de plus en plus difficilement quand même", note François.

En vue du procès, Arnaud de Courson, élu de l’opposition divers droite, avait formulé un vœu à l'avant-dernier conseil municipal. "J’ai proposé au maire de se mettre en retrait de la gestion de la ville, ce qui permettait à mon sens que le citoyen Patrick Balkany soit jugé, et non pas le maire de Levallois. Sur ses affaires personnelles, je pense qu’il aurait mieux fait d’être en retrait." Le procès des Balkany devrait durer jusqu'au 20 juin. Le couple risque dix ans de prison.