Patrick Balkany est sorti de prison après cinq mois en détention et a été placé sous contrôle judiciaire

La cour d'appel de Paris a ordonné sa mise en liberté mercredi pour raisons de santé, lors d'une audience en urgence décidée dans la foulée de la fin de son procès en appel pour blanchiment.

Isabelle et Patrick Balkany à leur arrivée au palais de justice de Paris, le 13 septembre 2019, pour le verdict de leur procès en première instance pour fraude fiscale.
Isabelle et Patrick Balkany à leur arrivée au palais de justice de Paris, le 13 septembre 2019, pour le verdict de leur procès en première instance pour fraude fiscale. (MAXPPP)

Cinq mois presque jour pour jour après son incarcération, Patrick Balkany est sorti peu avant 18 heures de la prison parisienne de la Santé, mercredi 12 février. L'édile des Hauts-de-Seine, aux traits très amaigris, a quitté la prison en voiture et n'a pas fait de déclaration à la presse, se contentant d'un petit salut de la main.

La cour d'appel de Paris a ordonné quelques heures plus tôt sa mise en liberté pour raisons de santé, lors d'une audience en urgence décidée dans la foulée de la fin de son procès en appel pour blanchiment. La cour lui a imposé un contrôle judiciaire léger, sans caution. Cette libération lui avait été refusée à quatre reprises ces derniers mois. Mais cette fois, une expertise médicale, dont les résultats ont été dévoilés mardi, a conclu que son état "ne paraît pas compatible avec une détention ordinaire".

Patrick Balkany va être placé sous contrôle judiciaire dans sa résidence de Giverny (Eure) : interdit de sortir de l'hexagone, il devra pointer deux fois par mois à la gendarmerie.

Condamnée à neuf ans de prison en première instance

En première instance, Patrick Balkany avait été condamné à quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale et cinq ans pour blanchiment. Son épouse, Isabelle Balkany, avait elle été condamnée à deux peines de trois et quatre ans de prison ferme pour les mêmes faits, mais n'avait pas été incarcérée en raison de son état de santé. Les décisions en appel sur ces deux volets de l'affaire sont attendues respectivement le 4 mars et le 22 avril prochains.

Régulièrement hospitalisé depuis mi-décembre, Patrick Balkany, 71 ans, n'a pas assisté à son procès en appel mercredi (peu de temps avant l'examen de sa demande de remise en liberté). L'expertise médicale, réalisée le 5 février et dévoilée mardi, conclut à une "dégradation manifeste de l'état général" de ce dernier, "porteur de maladies sérieuses", dont un "infarctus mésentérique". Le rapport note également que Patrick Balkany présente un "état dépressif marqué".