Affaire Bygmalion : le directeur de campagne de Nicolas Sarkozy, Guillaume Lambert, témoigne

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
6media_CDE_SECRET-DROITE_V2
Article rédigé par
France Télévisions


Nicolas Sarkozy doit comparaître à partir du 17 mars dans le cadre de l'affaire Bygmalion. Pour la première fois, son directeur de campagne Guillaume Lambert a accepté de témoigner pour Complément d'enquête. 

Nicolas Sarkozy comparaîtra dès le 17 mars dans l'affaire Bygmalion. Lors d'une interview, l'ancien président affirmait : "J'ai appris le nom de Bygmalion longtemps après la campagne présidentielle". Pour Jérôme Lavrilleux, directeur adjoint de la campagne de 2012 de Nicolas Sarkozy, les propos de l'ancien chef de l'État ne sont pas "crédible[s]". "Parce qu'il savait pertinemment qui était Franck Attal, il connaissait parfaitement Bastien Millot. Bastien Millot était directeur de cabinet de Jean-François Copé quand ils étaient tous les deux ministres de Jacques Chirac. Il tenait des réunions dans l'appartement privé de Nicolas Sarkozy", poursuit-il. 

Un staff prévenu de l'explosion des dépenses

Au cœur de cette enquête, figure un témoignage particulièrement embarrassant pour l'ancien président : celui du directeur de son directeur de campagne, Guillaume Lambert, qui, depuis le début de l'affaire, ne s'est jamais exprimé publiquement. Il a accepté de témoigner pour la première fois pour Complément d'enquête. "Tout ce système que Jérôme Lavrilleux a révélé, je n'en ai jamais eu connaissance pendant la campagne. Il m'a été dissimulé", confie Guillaume Lambert, haut fonctionnaire et préfet hors cadre qui n'a jamais été encarté. 


Il est paniqué à l'idée d'être bientôt jugé pour escroquerie. À l'image de Franck Attal, lui aussi s'estime fusible d'une classe politique qui savait tout, mais n'assume rien. "C'est l'UMP qui est le bailleur de fonds de la campagne. C'est l'UMP qui fait campagne pour son candidat. Ce plafond de dépenses de 22.5 millions d'euros, tout le monde le connaissait", confirme Guillaume Lambert, qui a remis au juge plusieurs documents à charge contre l'ancien chef de l'État ; bien que Nicolas Sarkozy nie avoir été alerté. Ces notes révèlent que les experts comptables ont très vite prévenu le staff du candidat de l'explosion des dépenses. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Bygmalion

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.