Permis de conduire : l'exemple suisse

a revoir

Présenté parJulian Bugier

Diffusé le 16/07/2014Durée : 00h40

A l'approche des week-ends chargés sur les routes, nous parlions il y a quelques jours des mauvais chiffres de la Sécurité routière. Direction la Suisse, le bon élève européen en la matière, où l'obtention du permis passe par des stages de sensibilisation.

Virage à gauche je me place à droite et inversement.

Il y a moins de trois ans ils ont obtenu leur permis probatoire. Pour le valider, ils suivent deux journées de stage obligatoires.

Tout le monde roule.

Sur un circuit, ils testent leur conduite de leur propre voiture. Cet exercice consiste à circuler de manière fluide pour éviter le bouchon.

Oh, la, la ! Vous avez vu ce boulot.

Le résultat est un peu confus.

Que pensez-vous de votre prestation.

On est nuls.

C'est à vous de trouver des solutions.

Vitesse, distances de sécurité ou de freinage, on réfléchit ensemble pour modifier les comportements. Et pour cela, des expériences fortes : arrêt d'urgence, ou virage sur sol humide.

Sur la route, j'aurais fait un accident. C'est impressionnant de voir que notre voiture ne tient pas.

Vivre les réalités.

Seul l'accident les fera réfléchir. On espère arriver à titiller un peu la personne.

La loi suisse dit que les jeunes conducteurs doivent faire leur premier jour de stage dans les 6 premiers mois. Puis un 2e jour de stage un an plus tard, en circulation réelle.

Trois par voiture, avec un animateur, ils conduisent à tour de rôle. Très vite cette jeune conductrice se rend compte de certains relâchements.

Clignotant et, oui, la vitesse.

Les critiques viennent aussi des passagers.

Elle conduit trop près des véhicules à droite.

Car l'objectif c'est le partage d'expérience.

Quand j'ai eu mon permis, j'ai pensé : je sais conduire. Mais quand on est seul, on ne voit pas tout.

On essaye de comprendre ce qu'on peut corriger.

Pas de grands discours ni de sanctions. De ces 2 jours, chacun repart avec son permis, plus ou moins convaincu.

Ça rassure, je craignais d'avoir des problèmes mais ça va.

Je pense que je vais conduire pareil qu'à l'arrivée ce matin.

C'est cher, mais la vie, c'est pas cher? Il vaut mieux payer ce qu'il faut et voilà.

Environ 500 euros la post-formation qui aborde tous les aspects de la conduite, dont l'alcool au volant. En Suisse, depuis 2006, le nombre de morts chez les 1.

25 ans aurait chuté de 30 %.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==