Cet article date de plus de sept ans.

"On ne fourrait pas tout le monde dans les chambres à gaz", nouvelle polémique pour Jean-Marie Le Pen

Les propos du président d'honneur du Front national sont rapportés par le réalisateur et auteur Serge Moati, dans son livre "Le Pen, vous et moi", publié mercredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président d'honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, le 15 mai 2014, à Vineuil (Loir-et-Cher) (MAXPPP)

Jean-Marie Le Pen est un habitué des polémiques. La dernière d'entre elles a été rapportée par le réalisateur Serge Moati. Dans son livre, paru mercredi 17 septembre, Le Pen, vous et moi, il rapporte une anecdote dans laquelle Jean-Marie Le Pen minimise le recours aux chambres à gaz par les nazis pendant la seconde guerre mondiale, relaie Le Lab d'Europe 1

Dans son livre, écrit à l'occasion de son documentaire, Serge Moati retranscrit un échange qu'il a eu avec Jean-Marie Le Pen. "Pardon, mais vous m'avez bien dit que votre père avait été en camp de concentration ?", demande ce dernier au documentariste. "Oui, en Allemagne", répond alors le réalisateur. "Il est mort ?", poursuit le frontiste. Apprenant que le père de Serge Moati a survécu, il lance : "Alors, vous voyez. Il en est sorti, ça prouve qu'on ne fourrait pas tout le monde dans les chambres à gaz. Vous en êtes la preuve vivante, si j'ose dire..." Et de se reprendre : "Bon, attention à la loi Gayssot", en référence au texte voté en 1990 qui  sanctionne notamment l'incitation à la haine ou l'apologie de crimes contre l'humanité.

L'affaire de "la fournée" d'artistes

Une nouvelle sortie médiatique embarrassante pour le FN, après l'affaire de "la fournée" d'artistes, en juin. Déjà condamné en 1997 pour avoir qualifié les chambres à gaz de "détail de l'histoire", Jean-Marie Le Pen a suggéré, début juin au cours d'une émission réalisée pour son site internet, de faire "une fournée" avec les artistes qui se positionnent contre le Front national, à savoir Patrick Bruel, Guy Bedos ou Yannick Noah. 

C'est justement sur cette polémique que Serge Moati a choisi de clôturer son livre. Tout en défendant un Jean-Marie Le Pen "sympathique dans la vie", le réalisateur concède "une fatigue du truc", au moment d'évoquer avec Rue 89 les propos considérés comme antisémites tenus par le frontiste. "Après la 'fournée' de Bruel, ça m’est arrivé. C’est pour ça que le bouquin se termine là-dessus. Je me suis senti las. Tout était au même point que quand j’avais commencé à le filmer, 25 ans plus tôt", explique-t-il. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Accueil

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.