Vanuatu : après le cyclone, le risque d'une pénurie alimentaire

Une semaine après le passage du cyclone Pam qui a ravagé le Vanuatu, les 270.000 habitants du petit archipel du Pacifique sont en proie à une grave crise alimentaire et à une pénurie d'eau potable.

(Selon les ONG sur place, les enfants seraient les plus menacés par la pénurie en eau potable et en nourriture. © MaxPPP)

La situation au Vanuatu pourrait empirer dans les jours à venir. L'archipel, situé au sud du Pacifique, a essuyé les 13 et 14 mars derniers un cyclone dévastateur qui aurait touché 22 des 80 îles du pays et affecté près de 170.000 habitants. Alors que l'aide internationale peine à se concerter et se coordonner pour apporter son soutien au Vanuatu, la pénurie alimentaire et en eau potable guette.

Une agriculture fragile

Dans un pays où la population se nourrit à 90% de ce qu'elle cueille ou récolte tous les jours dans ses jardins vivriers, les catastrophes naturelles fragilisent durablement les réserves en denrées alimentaires et les cultures de légumes racines.

"Les gens commencent à déboiser certaines collines pour pouvoir planter des réserves agricoles et, malheureusement, quand on a ce genre de cyclone qui passe derrière, sachant qu'on a déboisé, les terres sont plus fragiles et on a plus facilement des glissements de terrain" , explique Sylvain Todmann, géophysicien français au gouvernement du Vanuatu.

La pénurie alimentaire menace le Vanuatu, un reportage de Philippe Reltien
--'--
--'--

De l'eau contaminée

L'eau potable devrait venir à manquer rapidement. Le cyclone a entraîné la contamination de la nappe phréatique utilisée par le pays ainsi que la destruction du système d'électricité nécessaire à l'alimentation du Vanuatu en eau courante. Selon l'ONG Save the children, d'ici une semaine, les réserves d'eau potables seront épuisées dans certaines des îles les plus reculées de l'archipel.