Etats-Unis : Donald Trump est acquitté par les sénateurs américains à l'issue de son procès en destitution

Les démocrates n'ont pas réussi à rassembler assez d'élus républicains pour obtenir les deux tiers des voix du Sénat nécessaires.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Donald Trump quitte la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), au dernier jour de son mandat, le 20 janvier 2021. (MANDEL NGAN / AFP)

Au total, 57 sénateurs ont voté pour destituer Donald Trump, mais il fallait 67 voix sur les 100 du Sénat américain pour que l'ancien locataire de la Maison Blanche soit déchu. Le procès pour impeachment contre Trump s'est donc achevé, samedi 13 février, sur un acquittement dans la douleur. Sept sénateurs républicains, dont l'ancien candidat à la président Mitt Romney, ont voté "contre leur camp", pour déchoir l'ancien président. Ce deuxième procès en destitution de Donald Trump s'achève donc par un second acquittement. Entamé mardi, il aura duré cinq jours.

Donald Trump était jugé pour avoir incité ses partisans à envahir le Capitole, le 6 janvier dernier. Les mots très forts du procureur démocrate, Jamie Raskin, n'ont pas suffi. Il avait pourtant conclu son réquisitoire par : "Il est désormais évident, sans l'ombre d'un doute, que Trump a soutenu les actes de la foule hargneuse et il doit donc être condamné. C'est aussi simple que cela". Les démocrates voulaient voir Donald Trump reconnu coupable d'"incitation à l'insurrection", puis qu'il soit ensuite rendu inéligible.

La démocratie reste "fragile", selon Biden

L'ancien président républicain a immédiatement réagi en saluant la fin d'une "chasse aux sorcières". Se tournant vers l'avenir et marquant sa volonté de continuer à jouer un rôle politique, il a promis de continuer à défendre "la grandeur de l'Amérique".

Son successeur, le démocrate Joe Biden, a estimé qu'en dépit de l'acquittement, le fond de l'accusation n'était "pas contesté", et a demandé à ses concitoyens de défendre la démocratie, qui reste "fragile". Joe Biden espère désormais aborder une nouvelle phase de son début de présidence, débarrassé de l'ombre gênante de ce procès qui monopolisait les médias et le Congrès. Sa priorité immédiate est de voir les parlementaires voter son plan de soutien de 1 900 milliards de dollars à l'économie américaine, frappée par la pandémie de Covid-19, et d'accélérer la vaccination des Américains.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.