Présidentielle américaine : pourquoi les caucus de l'Iowa sont un véritable fiasco pour le Parti démocrate

Le Parti démocrate de l'Iowa a publié dimanche les résultats définitifs, avec une semaine de retard. Et Bernie Sanders pourrait encore demander un recomptage.

Des partisans d\'Elizabeth Warren attendent les résultats des caucus démocrates à Des Moisnes, dans l\'Iowa, le 3 février 2020.
Des partisans d'Elizabeth Warren attendent les résultats des caucus démocrates à Des Moisnes, dans l'Iowa, le 3 février 2020. (CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Les candidats aux primaires démocrates s'attendaient à un premier test de leur cote de popularité, lundi 3 février dans l'Iowa. Mais c'est surtout leur patience qui a été mise à l'épreuve durant ce premier scrutin en vue de la présidentielle américaine. Les organisateurs ont publié les résultats définitifs dimanche 9 février, après une semaine d'incertitude liées à des "incohérences" dans leurs chiffres. Une confusion qui s'ajoute au système déjà complexe des caucus, avec quelque 1 700 réunions publiques où les électeurs sont regroupés physiquement pour désigner leur candidat lors de deux tours de scrutin. Franceinfo vous explique pourquoi ce fiasco est lourd de conséquences pour le Parti démocrate.

Parce que ce scrutin est le premier de la campagne

Les caucus de l'Iowa ont une place symbolique dans la course à la Maison Blanche. Cet Etat rural lance la saison des primaires depuis les années 1970 et son importance est uniquement liée à cette tradition : il n'octroie que 41 délégués appelés à désigner le candidat à la présidentielle, sur les 1 991 nécessaires pour remporter l'investiture. Le milliardaire Michael Bloomberg a d'ailleurs décidé de ne pas se rendre dans l'Iowa pour concentrer sa campagne sur des Etats plus peuplés, comme la Californie (qui représente le plus grand nombre de délégués).

Mais une victoire (ou une contre-performance) dans cet Etat peut donner le ton du reste de la campagne pour les candidats. "Ils ont passé un an à s'investir dans [l'Iowa] dans l'espoir que, lors de cette soirée, si tout se passe bien, ils puissent monter sur scène pour annoncer leur victoire et profiter de cette dynamique jusqu'à la fin des primaires", rappelle Slate*. Au lieu de cela, les résultats ont été publiés au compte-gouttes durant une semaine et entachés de plusieurs erreurs. Une épine dans le pied des candidats démocrates, qui pensaient tirer leur épingle du jeu lors de ce premier scrutin.

Parce que la méthode de comptage pose question

Habituellement, les premiers résultats des caucus sont communiqués dans la soirée. Mais, six heures après le coup d'envoi du scrutin, le Parti démocrate de l'Iowa n'avait toujours pas communiqué le moindre chiffre. Il n'était pas non plus en mesure de donner une heure de publication des résultats définitifs. En cause, selon plusieurs médias américains, une nouvelle application utilisée par les bureaux de vote pour transmettre leurs données aux organisateurs. Cette technologie devait en théorie permettre aux responsables des 1 700 caucus de communiquer les chiffres plus rapidement, précise Bloomberg*.

Mais plusieurs d'entre eux n'ont pas réussi à télécharger ou à se connecter à l'application, indique le New York Times*. De nombreux responsables ont alors décidé de se reporter sur le plan B : la hotline téléphonique du parti, en place depuis des décennies. L'afflux d'appels a toutefois provoqué un engorgement sur les lignes. Shawn Sebastian, secrétaire d'un bureau de vote dans le comté de Floyd, a ainsi raconté avoir dû patienter plus de deux heures avoir de pouvoir enfin transmettre ses résultats.

Dans un effort de transparence, le Parti démocrate de l'Iowa communique cette année trois chiffres différents, rapporte le New York Times*. Le nombre de délégués attribués à chaque candidat à l'issue du scrutin, comme lors des primaires précédentes, mais aussi le nombre de voix obtenues par chaque candidat au premier et au second tour. Problème, des "incohérences" ont été constatées dans "trois séries de données" lors des caucus.

Mardi 4 février, l'équipe de Joe Biden s'est fendue d'une lettre aux organisateurs pour demander des "explications". "L'application censée transmettre au parti les résultats des caucus n'a pas marché, tout comme le système téléphonique de secours", a-t-elle protesté. Le Parti démocrate de l'Iowa a d'abord répondu qu'il s'agissait "seulement d'un problème de remontée des résultats", écartant toute irrégularité ou "piratage". Pourtant, le New York Times* affirme avoir décelé des "incohérences" dans plusieurs circonscriptions.

Ces erreurs se sont produites à toutes les étapes du processus : lors de l'enregistrement des votes, dans le calcul et la répartition des délégués, ainsi que dans l'entrée des chiffres dans la base de données du parti.Le "New York Times"

"Au moins 10% des circonscriptions" auraient "mal réparti leurs délégués""Dans certains cas, [elles] ont attribué plus de délégués qu'elles n'en avaient ; dans d'autres, elles en ont réparti moins prévu, poursuit le Times. Dans plus d'une vingtaine de circonscriptions, il semble que des délégués ont été attribués à des candidats qui n'auraient pas dû en obtenir selon les règles des caucus". Autant d'erreurs qui pourraient "modifier le résultat final" de l'élection, au vu du très faible écart séparant Pete Buttigieg de Bernie Sanders

Parce que plusieurs candidats ont revendiqué la victoire

La situation dans l'Iowa a été d'autant plus confuse que chaque candidat a tenté de tirer la couverture à lui, dès le soir du scrutin. La sénatrice Amy Klobuchar a été la première a prendre la parole, affirmant que son camp était "au-delà de[s] espérances". Elle n'a finalement obtenu qu'un seul délégué. L'équipe de Joe Biden a garanti qu'il avait "surperformé dans des districts clés". L'ancien vice-président a toutefois encaissé un échec, arrivant quatrième avec six délégués.

Quant à la victoire, elle a été revendiquée dès lundi 3 février par deux candidats : Pete Buttigieg, ancien maire de la quatrième plus grande ville d'Indiana, et Bernie Sanders, sénateur du Vermont. Mardi, le plus jeune candidat démocrate (38 ans) était donné en tête avec 26,9% des délégués, contre 25,1% pour le doyen de la course, selon des résultats partiels portant sur 62% des bureaux de vote. Jeudi, l'avance de Buttigieg s'était réduite à un petit dixième (26,2% contre 26,1% pour Sanders), selon les chiffres sur 97% des bureaux.

Le candidat aux primaires démocrates, Pete Buttigieg, lors d\'un meeting à Londonderry (New Hampshire, Etats-Unis), le 9 février 2020.
Le candidat aux primaires démocrates, Pete Buttigieg, lors d'un meeting à Londonderry (New Hampshire, Etats-Unis), le 9 février 2020. (WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Les résultats définitifs, publiés dimanche 9 février par le Parti démocrate de l'Iowa, donnent Pete Buttigieg vainqueur avec 14 délégués. Il en a deux de plus que Bernie Sanders (12). Mais les deux candidats continuent de se disputer ce premier succès, rapporte le New York Times*. L'ancien maire de South Bend assure qu'il l'a emporté parce qu'il est en tête du décompte des délégués, quand le sénateur du Vermont s'estime vainqueur parce qu'il a obtenu le plus grand nombre de votes au premier et au second tour, le soir du scrutin.

Pour mettre fin à cet imbroglio, le directeur de campagne de Bernie Sanders a annoncé, dimanche 9 février, qu'il allait demander un recomptage partiel des résultats. Faiz Shakir a assuré que les deux candidats auraient "le même nombre de délégués" à l'issue de cette nouvelle étape. Le doyen des primaires a par ailleurs estimé, sur CNN*, que ce scrutin était "une honte".

Le Parti démocrate de l'Iowa a sérieusement merdé.Bernie Sandersà CNN

Face à cette situation, l'agence Associated Press, traditionnellement chargée de vérifier les résultats des élections, n'avait toujours pas annoncé de vainqueur lundi. Elle "n'a pas attribué le dernier délégué à [Pete] Buttigieg à cause des erreurs de décompte dans les résultats des caucus", détaille le New York Times. Le quotidien américain a fait le même choix, comme d'autres médias.

Parce que les républicains moquent déjà cet imbroglio

Le Grand Old Party (GOP) n'a pas tardé à profiter de la confusion générale pour critiquer le camp adverse. "Les démocrates sont dans tous leurs états à cause d'un bazar qu'ils ont eux-mêmes créé, c'est le pire ratage de l'histoire, a tancé Brad Parscale, le directeur de campagne de Donald Trump, dans un communiqué publié lundi 3 février et cité par le Guardian*. Il serait normal que les gens doutent de l'impartialité du processus."

De son côté, le président américain a estimé sur Twitter que les caucus démocrates étaient "un véritable désastre". "Rien ne fonctionne [avec eux], comme lorsqu'ils dirigeaient le pays", a-t-il affirmé, assurant que "le seul qui peut revendiquer une très grosse victoire dans l'Iowa hier c'est 'Trump'."

Le président américain est arrivé en tête des caucus républicains dans l'Etat avec 97% des voix, selon les premières estimations citées par Politico*. Une victoire aisée : comme la plupart des présidents sortants, Donald Trump est pratiquement assuré d'être réinvesti par son parti lors de la convention nationale d'août 2020. Ses trois opposants sont crédités de moins de 5% dans les sondages en moyenne, au niveau national.

* Tous les liens signalés par un astérisque renvoient vers des articles en anglais.