Nucléaire iranien : l'équipe de Trump accusée d'avoir fait espionner celle d'Obama, pour "salir" l'accord de 2015

Selon des médias anglo-saxons, l'actuel président américain aurait fait appel à une société israelienne spécialisée dans l’espionnage et les coups bas, afin de discréditer l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015.

Le président américain Barack Obama évoque l\'éccord nucléaire iranien le 10 septembre 2015 à la Maison blanche. 
Le président américain Barack Obama évoque l'éccord nucléaire iranien le 10 septembre 2015 à la Maison blanche.  (MANDEL NGAN / AFP)

La presse britannique et le magazine américain The New Yorker (article en anglais) ont affirmé, dimanche 6 mai, que les équipes de Trump ont fait espionner les équipes américaines qui ont négocié l'accord sur le nucléaire iranien - conclu en 2015 par Téhéran, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Russie et la Chine - pour tenter de les "salir" et, ainsi, discréditer l’accord. 

Donald Trump n’a de cesse de dénoncer cet accord, qui est à ses yeux, "le pire accord jamais signé par les États-Unis". Il doit dire dans quelque jours si son pays le quitte ou non. La date butoir est samedi 12 mai.

Même méthodes qu'Harvey Weinstein

Dans le New Yorker, le journaliste Ronan Farrow, lauréat du prix Pulitzer 2018 pour son enquête sur l’affaire Harvey Weinstein, affirme qu'à l'instar du producteur hollywoodien déchu, les équipes de l'actuel président américain ont fait appel à la société israélienne Black Cube, spécialisée dans l’espionnage et les coups bas (elle fait notamment travailler des anciens du Mossad).

Les premiers contacts remonteraient à mai 2017. Selon le New Yorker, les équipes de Donald Trump auraient demandé à Black Cube d'enquêter sur les deux principaux négociateurs américains de l’accord sur le nucléaire iranien, Ben Rhodes et Colin Kahl, deux proches conseillers de Barak Obama qui a négocié l'accord en 2015. 

Deux espionnes

L’idée était, par exemple, de prouver leur proximité avec des lobbyistes iraniens ou encore de montrer qu’ils se sont enrichis à travers la signature de cet accord. Black Cube aurait notamment fait appel à deux femmes qui ont approché Rhodes et Kahl, ainsi que leur entourage et leurs familles, en se faisant passer pour des journalistes.

La société israélienne nie tout en bloc. La Maison Blanche ne fait aucun commentaire pour l'instant.