Etats-Unis : réunifier le pays sera "immensément compliqué" pour Joe Biden, selon un spécialiste

Le démocrate âgé de 78 ans est officiellement le 46e président des Etats-Unis. Mais il ne "maîtrise pas toutes les clés pour réussir ce défi", affirme Soufian Alsabbagh, spécialiste de politique intérieure aux Etats-Unis.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le président américain Joe Biden prononce son discours d'investiture après avoir prêté serment en tant que 46e président des États-Unis le 20 janvier 2021 au Capitole, à Washington. (PATRICK SEMANSKY / AFP)

Après quatre ans de présidence de Donald Trump, réunifier les Etats-Unis sera "immensément compliqué" pour Joe Biden, a affirmé mercredi 20 janvier sur franceinfo Soufian Alsabbagh, spécialiste de politique intérieure aux Etats-Unis, alors que le 46e président des Etats-Unis a été officiellement investi. Joe Biden ne "maîtrise pas toutes les clés pour réussir ce défi". Ce sera aux Républicains "de calmer" leur électorat, estime Soufian Alsabbagh, auteur de La nouvelle droite américaine, aux éditions Demopolis. Et de son côté, Joe Biden va devoir trouver "des thèmes qui peuvent rallier tous les Américains".

>> Suivez les réactions à l'investiture de Joe Biden dans notre direct

franceinfo : Est-ce que Joe Biden va réussir à réunifier les Etats-Unis après les quatre ans de présidence de Donald Trump ?

Soufian Alsabbagh : C'est immensément compliqué. Pour être honnête, je pense qu'au moins la moitié des clés ne se trouvent tout simplement pas entre les mains de Joe Biden pour réussir ce défi immense de réunifier l'Amérique. En premier lieu, c'est au Parti républicain d'adresser [un message] à ses électeurs, et aux nouveaux électeurs très clairement non attachés au leadership et à l'establishment traditionnel du parti, mais qui se réclame vraiment de leur leader trumpiste, ce leader totalement antisystème qui conteste les règles de la démocratie élémentaire. On l'a vu il y a encore deux semaines au Capitole et ce matin même, quand Donald Trump a refusé de faire une passation tout à fait normale. Ça, je crois que Joe Biden ne peut absolument rien y faire. C'est aux élus républicains d'essayer de calmer cet électorat.

"Ce que Joe Biden peut faire sur la moitié des éléments qu'il peut maîtriser, c'est sur sa politique, en essayant de trouver des thèmes qui peuvent rallier tous les Américains."

Soufian Alsabbagh, spécialiste de politique intérieure aux Etats-Unis

à franceinfo

Ce n'est vraiment pas évident même de ce point de vue-là. La moitié de l'électorat du Parti républicain va vraiment être horrifié devant toutes les réformes sociétales que Joe Biden veut faire passer. Ne parlons pas du droit des armes. Ne parlons pas également du climat. Mais peut-être qu'il reste un grand plan d'infrastructures qui pourrait contenter tous les Américains. Il faudra également regarder du côté de la politique étrangère et le ton que Joe Biden va adopter face à la Chine. Et la nouvelle guerre froide dont parlait l'ancien vice-président Mike Pence, peut-être, serait un motif d'unification des deux partis. Mais tout cela paraît effectivement très, très compliqué quand on voit que le thème du discours d'inauguration de Joe Biden est la démocratie elle-même.

Mais est-ce que le discours qu'a prononcé Joe Biden parle aux fervents partisans de Donald Trump ?

Non. C'est compliqué, puisque que toute la technique de Donald Trump depuis quatre ans, c'était, depuis le début, de délégitimer toute opposition démocrate. Toute la stratégie autour de l'élection de 2020 était dès le départ, en cas de victoire des démocrates, qu'elle ne sera pas légitime parce que l'élection est truquée, les votes ne sont pas réguliers, etc... Il y a la moitié de l'Amérique qui a regardé le discours de Joe Biden et qui dit : 'c'est très gentil toutes ces mains tendues de la part des démocrates, mais nous, on veut notre président Trump parce qu'on croit fondamentalement qu'il a gagné l'élection et que les démocrates nous l'ont volée'. C'est ça le vrai défi de Joe Biden. Et je ne pense pas qu'il maitrise toutes les clés pour réussir ce défi immense de réunifier le pays.

Est-ce qu'on assiste à un retour de la politique à l'ancienne par rapport aux quatre ans très particuliers que l'on vient de vivre aux Etats-Unis ?

C'est vrai. Ça en a l'air en tout cas, puisqu'on a une inauguration aujourd'hui à Washington qui s'est déroulée quasiment comme d'habitude. Et évidemment, on exclut la pandémie et l'absence du président sortant. Mais dès demain, la politique reprend. Et les élus républicains ont un objectif, c'est d'être réélus. Et ces élus, si jamais ils collaborent sur le moindre sujet avec Biden, vont être en danger sur leur propre réélection qui arrivera soit dans deux, quatre ou six ans. Les électeurs trumpistes sont extrêmement influents au sein du parti républicain. Preuve en est, Donald Trump a gagné 12 millions de voix entre 2016 et 2020. Ça, ce sont des électeurs purement trumpistes que le parti républicain seul ne peut pas atteindre s'il commence à collaborer avec l'administration Biden. Et sans les voix des Trumpistes, il y a fort à parier que nombre de ses sénateurs et représentants du parti de l'éléphant pourraient perdre leur siège dans les années à venir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.