Etats-Unis : Joe Biden demande au Sénat de ne nommer personne à la Cour suprême avant la présidentielle

Le président américain, Donald Trump, a annoncé son intention de remplacer rapidement la juge Ruth Bader Ginsburg afin d'ancrer un peu plus la Cour suprême dans le camp conservateur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le candidat démocrate à l'élection présidentielle, Joe Biden, le 20 septembre 2020 à Philadelphie (Etats-Unis). (ROBERTO SCHMIDT / AFP)

Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden a demandé, dimanche 20 septembre, au Sénat de ne pas voter sur le poste vacant à la Cour suprême des Etats-Unis, dans un appel vibrant adressé aux élus républicains modérés. La volonté du président Donald Trump de remplacer la juge Ruth Bader Ginsburg, décédée vendredi, avant les élections du 3 novembre est "un exercice de pouvoir politique brutal", a-t-il jugé lors d'une intervention à Philadelphie. "C'est une affaire de pouvoir. Purement et simplement", a-t-il encore asséné.

"Si le président Trump persiste à donner un nom, le Sénat ne doit pas agir avant que les Américains aient pu choisir leur prochain président et leur prochain Congrès", a poursuivi l'ancien vice-président de Barack Obama qui fait la course en tête dans les sondages nationaux. Sur un ton sévère, Joe Biden a également reproché au chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, d'avoir annoncé "dans l'heure qui suivait l'annonce de la mort" de "RBG" qu'il organiserait un vote pour la remplacer et ancrer solidement la Cour suprême dans le conservatisme.

"Respectez vos obligations constitutionnelles"

Mitch McConnell avait pourtant refusé d'auditionner un juge nommé à la Cour suprême par le président démocrate Barack Obama en 2016 au motif qu'il s'agissait d'une année électorale "et de nombreux sénateurs républicains étaient d'accord", a rappelé Joe Biden. "Ils ne peuvent pas changer de pied, quatre ans plus tard, juste parce que ça dessert leurs intérêts", a estimé le candidat démocrate à la présidentielle.

"Respectez vos obligations constitutionnelles, suivez votre conscience", a lancé Joe Biden "à la poignée de sénateurs républicains [qui] savent au fond d'eux-mêmes ce qui est bon pour leur pays". Selon la Constitution américaine, le président nomme à vie les juges de la Cour suprême et le Sénat est chargé de confirmer son choix. Le parti républicain dispose de 53 élus sur 100, mais deux sénatrices républicaines modérées ont déjà fait savoir qu'elles ne comptaient pas participer à un vote avant l'élection ce qui complique l'équation pour Donald Trump.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.