VRAI OU FAKE. Election américaine : on a examiné cinq rumeurs de fraudes colportées par le camp Trump

Donald Trump, ses fils et ses partisans propagent sur les réseaux sociaux de nombreuses fausses informations sur de prétendues manœuvres illégales dans différents Etats.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min.
Le président américain sortant Donald Trump le 4 novembre 2020 à la Maison Blanche à Washington, après l'élection présidentielle. (MANDEL NGAN / AFP)

"Arrêtez le vol !" Tel est le mot d'ordre scandé sur les réseaux sociaux et dans les rues par les partisans de Donald Trump. Deux jours après l'élection présidentielle américaine, la tension est palpable aux Etats-Unis. Une poignée d'Etats n'ont toujours pas livré leurs résultats. Joe Biden et Donald Trump attendent toujours d'être départagés, jeudi 5 novembre.

>> Suivez en direct les dernières informations sur l'élection présidentielle américaine

En mauvaise posture, le président sortant, aidé de ses fils et de ses lieutenants, a lancé une intense campagne de désinformation. Il tente de persuader ses supporters que des fraudes massives ont été commises et sont toujours en cours, alors que le décompte des voix se poursuit. Voici cinq des principales rumeurs que le camp Trump colporte.

1Plus de bulletins que d'électeurs dans le Wisconsin : faux

La rumeur s'est répandue sur les réseaux sociaux mercredi, capture d'écran à l'appui. Dans le Wisconsin, 3 239 920 bulletins de vote auraient été comptabilisés. Pourtant, seulement 3 129 000 électeurs auraient été inscrits sur les listes électorales. Il y aurait donc 110 920 suffrages exprimés en trop. La fraude serait donc manifeste, dans cet Etat du nord des Etats-Unis, emporté de justesse par Joe Biden. Donald Trump a donc demandé un recompte des voix.

Cette fausse information a été lancée sur Twitter, parmi beaucoup d'autres, par un militant pro-Trump, Mike Coudrey, qui multiplie depuis mardi les accusations de fraude en faveur de Biden. L'homme a depuis supprimé son tweet*, note le site Snopes*. Elle a notamment été amplifiée par la communauté complotiste d'extrême droite QAnon, comme le signale Radio Canada.

Le chiffre annoncé de 3 239 920 bulletins de vote comptabilisés est un peu en dessous des 3 297 408 suffrages exprimés dénombrés par le New York Times*, après le dépouillement de 98% des bulletins. Quant au nombre d'électeurs enregistrés dans le Wisconsin, il était de 3 129 000, comme le prétendent les supporters de Trump, au moment des élections de mi-mandat de 2018*. Au 1er novembre 2020, la commission électorale de l'Etat*, autorité compétente en la matière, dénombrait 3 684 726 électeurs enregistrés. Le nombre de bulletins de vote est donc en réalité bien inférieur – plus de 387 000 unités – au nombre d'électeurs.

2Plus de 100 000 voix d'un coup pour Biden dans le Michigan : faux

Cette rumeur a été relayée par Donald Trump* lui-même, comme par nombre de ses supporters*, criant à la fraude manifeste. A commencer par le créateur du Gateway Pundit*, un important site d'extrême droite américain, également coutumier des "fake news".

Celle-ci repose sur deux captures d'écran de la carte électorale. Sur la première, Donald Trump est crédité de 2 200 902 voix contre 1 992 356 pour Joe Biden dans le Michigan. Sur la seconde, réalisée un peu plus tard, le rapport de force s'est brusquement inversé. Le démocrate totalise 2 130 695 votes, soit 138 339 de plus d'un coup, tandis que les suffrages du républicain n'ont pas progressé d'un iota. Or, le Michigan a été gagné par Joe Biden et le camp Trump a engagé des procédures pour faire interrompre le dépouillement.

L'explication de cette anomalie a été fournie par un porte-parole de Decision Desk HQ, l'entreprise à l'origine de cette carte interactive. "C'était une simple erreur venant d'un fichier créé par l'Etat et que nous avons intégré. L'Etat s'est rendu compte de l'erreur et a produit un décompte mis à jour. Une fois qu'ils l'ont eu fait, nous avons mis à jour le décompte en conséquence. Cela arrive lors des soirées électorales", explique-t-il, cité par Politifact. Les tweets postés par Decision Desk HQ à quelques minutes d'intervalle reflètent cette correction (ici, puis et ).

"Ce genre de bizarrerie est typique", confirme à Politifact Alex Halderman, professeur d'informatique et d'ingénierie et expert en sécurité électorale à l'Université du Michigan. "Les résultats préliminaires sont parfois mis à jour manuellement en copiant et en collant à partir d'une feuille de calcul. L'erreur pourrait simplement être que les totaux d'un candidat ont été mis à jour mais pas ceux de l'autre", envisage-t-il. Ce problème semble provenir du comté de Shiawassee, selon le Detroit Free Press*.

L'éditorialiste conservateur qui a le premier pointé cette étrangeté et fait la capture d'écran à l'origine de la rumeur a depuis supprimé son tweet* et reconnu sa méprise*.

3Une centaine de bulletins Trump jetés en Pennsylvanie : faux

"J'ai déjà jeté plus d'une centaine de bulletins de vote pour Trump !" Cette phrase a été écrite dans une story sur Instagram, mardi 3 novembre, par un internaute se présentant comme un agent de bureau de vote du comté d'Erie en Pennsylvanie, promettant que son Etat allait virer au bleu, la couleur des démocrates.

En pleine journée de scrutin, la capture d'écran de cette publication semblant revendiquer une fraude évidente s'est rapidement mise à circuler dans le camp républicain, jusqu'à être retweetée par Donald Trump Junior. Certains activistes pro-Trump n'hésitant pas à publier l'identité de l'internaute auteur de ces mots, relève Politifact.

Le shérif du comté d'Erie a ouvert une enquête sur ce soupçon de fraude, mais le président du bureau des élections du comté explique dans un communiqué*, il apparaît que l'internaute qui a posté la story suspecte sur Instagram ne travaillait dans aucun des bureaux de vote du comté, qu'il n'y était même "pas enregistré comme électeur et qu'il ne vit probablement pas dans le comté".

En criant un peu vite à la fraude électorale, les partisans et le propre fils de Donald de Trump sont peut-être tombés dans le piège tendu par un farceur, note Snopes*. En novembre 2016, lors du précédent scrutin présidentiel, un internaute ayant le même identifiant et dont la photo de profil correspond, avait plaisanté sur Twitter, assurant être allé voter pour Hillary Clinton et Donald Trump.

4Des bulletins Trump remplis au feutre invalidés en Arizona : faux

Dans une vidéo postée sur Facebook* au cours de la soirée électorale, mercredi, une femme raconte avoir vu des assesseurs forcer certains électeurs à se servir de feutres pour remplir leur bulletin, alors que les machines de vote ne peuvent pas lire les documents remplis au marqueur : une manœuvre évidemment destinée à invalider les votes de partisans de Donald Trump. Tout ceci se serait déroulé dans le comté de Maricopa, celui de Phoenix, la capitale de l'Arizona, un Etat ô combien disputé.

Voilà pour ce "Sharpiegate" raconté par Politifact*. La rumeur a été colportée par l'influent animateur radio conservateur Michael Savage* ou des militants pro-Trump*.

Il suffit d'une rapide recherche sur internet pour démentir cette rumeur. Le département des élections du comté a ainsi mis en ligne une vidéo*, dès le 24 octobre, qui explique très clairement que les électeurs peuvent utiliser un feutre ou un stylo pour remplir leur bulletin de vote.

La vidéo conseille même l'usage du feutre pour les électeurs votant depuis chez eux par correspondance. Elle recommande juste l'encre bleue ou noire, plutôt que le rouge, qui n'est pas lu par les machines de vote. La vidéo souligne également que le feutre est utilisé dans les centres de vote parce que son encre sèche vite et qu'elle marche bien avec les machines de vote.

La secrétaire d'Etat de l'Arizona a elle aussi assuré sur Fox 10*, le matin même de l'ouverture des bureaux de vote, que les bulletins remplis à l'aide de feutres seraient évidemment comptabilisés comme il se doit. Si la rumeur avait été fondée, il aurait en outre fallu que les agents de vote soient capables de distinguer les électeurs démocrates des républicains d'un simple coup d'œil, glisse Snopes*.

A Phoenix, ce type de rumeurs non fondées selon lesquelles les bulletins en faveur de Trump n'auraient délibérément pas été pris en compte, ont conduit des partisans du président sortant, dont certains étaient armés, à se rassembler devant des bureaux de vote, au point que l'un d'eux a dû temporairement fermer.

5Des dizaines de bulletins Trump brûlés en Virginie : faux

La courte vidéo s'est propagée sur les réseaux sociaux au lendemain de l'élection présidentielle. On y voit un homme lâcher "Fuck Trump" et mettre le feu à des papiers, qu'il présente comme "environ 80" bulletins de vote en faveur de Donald Trump, en signe de protestation. La séquence a été partagée sur Twitter par Eric Trump*, l'un des fils du président sortant.

Cette séquence a été étudiée de près à la mairie de Virginia Beach*, la plus grande ville de Virginie, Etat remporté par Joe Biden. Après étude, il apparaît que ces bulletins de vote correspondent bien à des modèles utilisés par la commune. Il ne s'agit cependant pas de vrais bulletins, mais de spécimens. Contrairement aux bulletins de vote authentiques, ils ne portent pas de code-barre, explique la ville dans un communiqué repris par Politifact*. Surtout, ces bulletins de vote n'étaient pas imprimés pour l'élection présidentielle, mais pour les élections municipales locales.

* Les liens suivis d'un astérisque sont en anglais

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.