Vidéo Présidentielle américaine : Melania Trump réclame quatre ans de plus à la Maison Blanche pour "Donald"

A la tribune de la convention des républicains, la Première dame a fait l’éloge de son mari, louant en particulier sa réponse face à la "terrible pandémie" du Covid-19.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Première dame des Etats-Unis Melania Trump, à la convention nationale des républicains, le 25 août 2020, à la Maison Blanche. (ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

C'était l'une des vedettes de la deuxième journée de la convention nationale des républicains aux Etats-Unis. La Première dame, Melania Trump, est montée à la tribune, mardi 25 août, pour défendre le bilan présidentiel de son époux. "Nous avons besoin que mon mari soit notre président pour quatre ans de plus", a-t-elle déclaré, dans un discours lu avec application, depuis les jardins de la Maison Blanche.

Assurant ainsi que Donald Trump ferait "tout son possible" pour venir à bout de "terrible pandémie" du Covid-19, la "First Lady" a longuement vanté ses qualités de dirigeant. "Ce n'est pas un homme politique traditionnel. Il ne fait pas que parler, il obtient des résultats", a-t-elle assuré, ajoutant que son mari "n'arrêtera pas de se battre tant qu'il n'y aura pas un traitement efficace ou un vaccin disponible pour tous".

"Depuis mars, nos vies ont radicalement changé. (...) Je sais que beaucoup de gens sont inquiets, je veux que vous sachiez que vous n'êtes pas seuls", a-t-elle encore lancé, à propos de l'épidémie, qui a tué plus de 177 000 Américains. Melania Trump a également dénoncé les "attaques" du camp démocrate et les "ragots" colportés par les médias.

A dix semaines de l'élection présidentielle, le discours de la Melania Trump était d'autant plus attendu qu'elle est en retrait depuis le début de la campagne. Très discrète depuis son arrivée à la Maison Blanche, elle n'avait jamais prononcé un tel plaidoyer en faveur de Donald Trump. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.