Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo "Cette industrie est morte" : en Pennsylvanie, à la veille de l'élection présidentielle, les derniers mineurs de charbon désespèrent

En 2016 Donald Trump avait promis de faire redécoller l'industrie du charbon. En Pennsylvanie, de nombreux mineurs avaient été séduits. Mais quatre ans plus tard, dans le comté de Greene County, dans les Appalaches, il ne reste plus que quelques mines ouvertes.

Article rédigé par franceinfo - Farida Nouar et Sandrine Mallon
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Dans le comté de Greene, en Pennsylvanie (Etats-Unis), les pancartes pro-Trump sont beaucoup plus nombreuses que celles pour Biden (SANDRINE MALLON / RADIO FRANCE)

Le train qui transporte le charbon vient briser le silence qui pèse sur la ville de Masontown (Pennsylvanie). Dans un petit restaurant italien, Lisa et son amie s’occupent comme elles peuvent en fabriquant des décorations de Noël, faute de clients : "Tout le monde est parti d’ici. Quand j’ai ouvert mon restaurant il y a seize ans, il y avait des commerces tout le long de l’avenue principale. Maintenant ils sont fermés. À la place de la salle de sport là, il y avait un cordonnier. Il ne vendait qu’aux mineurs. Il fabriquait leurs ceintures, leurs bottes et quand les mines ont fermé, il a dû fermer aussi. Il n’y a plus rien ici."

Quand je vous ai vues je me suis demandé : mais qu’est-ce qui vous amène dans une ville fantôme ?

Lisa

à franceinfo

Dans le comté de Greene County (Pennsylvanie), il ne reste plus que quelques mines en activité. Tony Brunsak travaille à celle de Cumberland : "À une époque il y avait des mines dans tous les coins." La dernière fermeture date de 2018, quand 370 mineurs ont perdu leur emploi.

Aujourd’hui Tony enrage contre Donald Trump, pour qui il avait pourtant voté il y a quatre ans : "Je le regrette et ça n’arrivera plus jamais. C’était la première fois que je votais pour un républicain. À cause de ses promesses ! Parce qu’il avait dit qu’il allait faire revivre le charbon ! Et qu’il allait stopper les fermetures d’usines. En réalité depuis qu’il est à la Maison Blanche il y a eu plus de fermetures qu'en huit ans sous Barack Obama. Donc il a menti. De toute façon, peu importe qui gagne cette élection : il n’y a plus besoin de charbon."

Je déteste avoir à le dire parce que ça fait 44 ans que je suis mineur, mais cette industrie est morte.

Tony Brunsak

à franceinfo

Au "Top Hat", un bar du coin, Robert croit, lui, que le charbon a de l’avenir mais à une condition : que Donald Trump soit réélu. Même si le président sortant n’a pas fait repartir cette industrie, lui a encore son travail et c’est bien l'essentiel : "J’ai encore mon boulot ! Qu’est-ce qu’il a fait Biden en 47 ans ? Il est contre la fracturation hydraulique et les mines de charbon !" 

Il suffit de regarder les pelouses de Masontown, piquées de pancartes pour Donald Trump, pour constater que Robert ne sera pas le seul mineur à voter pour le président sortant. Beaucoup veulent continuer à croire qu’il réalisera sa promesse, même Toni Petrus, la maire de la ville : "Je n’ai pas le sentiment qu’il a menti aux mineurs. Il a été honnête quand il a dit qu’il maintiendrait les énergies fossiles, les mines de charbon. Il lui faut juste plus de temps. Quand vous regardez les interviews de ces dernières années de Joe Biden, il ne veut pas des énergies fossiles et c’est quelque chose que ce pays ne supporterait pas."

Les énergies renouvelables continuent pourtant de progresser aux États-Unis en dépit du charbon.

Les mineurs de Pennsylvanie, davantage Trump que Biden : écoutez le reportage de Farida Nouar et Sandrine Mallon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.