Cet article date de plus de cinq ans.

Trump espère que la Russie retrouvera les messages manquants de Clinton

Environ 20 000 messages de hauts responsables du parti démocrate, ont été piratés et rendus publics par le site internet Wikileaks juste avant la convention démocrate.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le candidat républicain Donald Trump donne une conférence de presse à Doral en Floride (Etats-Unis), le 27 juillet 2016. (GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

La fuite de messages de Hillary Clinton plane toujours sur la campagne de la présidentielle américaine. Donald Trump a déclaré, mercredi 27 juillet, qu'il espérait que la Russie serait capable de retrouver les milliers d'e-mails effacés du serveur privé d'Hillary Clinton.  Environ 20 000 messages de hauts responsables du parti démocrate, ont été piratés et rendus publics par le site internet Wikileaks juste avant la convention démocrate. 

"Russie, si vous écoutez, j'espère que vous serez capable de retrouver les 30 000 e-mails qui manquent", a déclaré Donald Trump dans une conférence de presse. "C'est la première fois qu'un candidat majeur à la présidentielle encourage activement une puissance étrangère à espionner son opposant politique", s'est indignée la campagne d'Hillary Clinton dans un communiqué, parlant d'une "question de sécurité nationale".

Donald Trump met en doute l'implication de la Russie

"Je n'ai rien à voir avec la Russie", a ensuite insisté Donald Trump dans sa conférence de presse, en précisant qu'il n'avait jamais rencontré le président russe Vladimir Poutine. Et il a aussi mis en doute l'implication de la Russie dans cette fuite d'e-mails.

"Si c'est la Russie. Personne ne sait. C'est probablement la Chine, et ça peut être quelqu'un qui est assis dans son lit", a déclaré le milliardaire républicain en ajoutant : "cela montre à quel point personne ne nous respecte".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.