Premier meeting commun pour Joe Biden et sa colistière Kamala Harris, qui promettent de "reconstruire" l'Amérique post-Trump

"J'avais le choix, mais je n'ai aucun doute que j'ai choisi la bonne personne" pour cette élection "vitale pour ce pays", a déclaré Joe Biden à l'occasion de sa première apparition aux côtés de Kamala Harris, mercredi. 

Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden et sa colistière, Kamala Harris, lors de leur premier meeting commun à Wilmington (Delaware, Etats-Unis), le 12 août 2020. 
Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden et sa colistière, Kamala Harris, lors de leur premier meeting commun à Wilmington (Delaware, Etats-Unis), le 12 août 2020.  (OLIVIER DOULIERY / AFP)

C'est avec un ton solennel, dans une salle presque vide à cause de la pandémie de coronavirus, que Joe Biden a présenté officiellement, mercredi 12 août, sa colistière dans la course à la Maison Blanche, la sénatrice Kamala Harris, en promettant de "reconstruire" les Etats-Unis s'ils battent Donald Trump en novembre.

"J'avais le choix, mais je n'ai aucun doute d'avoir choisi la bonne personne" pour cette élection "vitale pour ce pays", a déclaré l'ancien vice-président de Barack Obama, 77 ans, après le long processus de sélection de sa colistière. "J'ai hâte de travailler avec elles toutes pour reconstruire le pays", a-t-il ajouté depuis Wilmington, dans l'Etat du Delaware. 

Hommage aux "petites filles de couleur"

Sous le regard de Kamala Harris, première colistière noire et d'origine d'Asie du Sud d'un grand parti, qui l'écoutait assise sur une simple chaise sur l'estrade, Joe Biden a évoqué les "petites filles", notamment "les petites filles de couleur qui se sentent si souvent oubliées et sous-estimées".

Mais "aujourd'hui, peut-être, elles se voient différemment pour la première fois : avec l'étoffe d'un président ou d'un vice-président", a-t-il déclaré.

Puis l'ex-procureure a pris la parole avec un ton tout aussi sérieux, dans un discours pourtant entrecoupé de sourires lorsqu'ils ont évoqué leurs familles et la mémoire du fils du candidat, Beau Biden, décédé en 2015, qu'elle connaissait bien.

Quelque 26 millions de dollars levés en 24 heures 

Les attaques de Donald Trump visant Kamala Harris n'avaient pas tardé mardi : "La plus méchante, la plus horrible, la plus méprisante de tout le Sénat américain". "Je pense qu'elle va bien échouer", a-t-il ajouté mercredi. Et l'équipe du président américain d'épingler "Kamala l'imposture", venue de la "gauche radicale".

En retour, Joe Biden a taclé le président, habitué des "pleurnicheries" : "Ça étonne quelqu'un que Donald Trump ait un problème avec une femme forte, ou les femmes fortes en général ?"

Le duo a d'ores et déjà électrisé les donateurs : le candidat démocrate a annoncé mercredi soir avoir levé 26 millions de dollars en 24 heures.