Les Etats-Unis veulent pouvoir à nouveau exporter du "poulet au chlore" dans l'Union européenne

Le poulet lavé au chlore, une pratique répandue aux Etats-Unis, est interdit dans l'UE depuis 1997.  

Des barquettes de poulet le 9 octobre 2013 à San Anselmo, en Californie, aux Etats-Unis. 
Des barquettes de poulet le 9 octobre 2013 à San Anselmo, en Californie, aux Etats-Unis.  (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Si vous voulez éviter les taxes sur vos voitures, il vous faudra accepter nos poulets (chlorés). C'est en substance le message délivré par le secrétaire américain à l'Agriculture, Sonny Perdue. Il a appelé, lundi 27 janvier, les Européens à réexaminer leur décision d'interdire les importations de poulet chloré et de bœuf aux hormones, au moment où Bruxelles et Washington cherchent à décrisper leurs relations commerciales.

Cette demande devrait faire bondir certains Etats membres, où les craintes que des aliments fabriqués selon les normes sanitaires américaines soient imposés à leurs consommateurs ont déclenché des manifestations de masse en 2015. Ce fut le cas notamment en Allemagne, en Autriche et en France.

La demande américaine fait suite à la menace du président américain, Donald Trump, d'imposer des taxes punitives sur les automobiles européennes si Bruxelles et Washington n'avancent pas dans leurs discussions commerciales, décidées en juillet 2018, qui bloquent sur la question de l'agriculture.

"C'est du vinaigre, essentiellement"

Donald Trump "aime beaucoup ses agriculteurs", a insisté lundi Sonny Perdue, lors d'une rencontre avec des journalistes, après un entretien avec le commissaire européen au Commerce Phil Hogan et celui à l'Agriculture Janusz Wojciechowski à Bruxelles. Et la relation commerciale transatlantique pourrait s'améliorer si l'UE, qui interdit l'importation de volailles traitées au dioxyde de chlore, était plus ouverte sur cette méthode de conditionnement, a-t-il estimé. 

L'affirmation selon laquelle les poulets américains sont nettoyés au chlore est une "idée fausse", a par ailleurs estimé le secrétaire américain à l'Agriculture. "Vous savez ce que c'est ? C'est du vinaigre, essentiellement", a-t-il déclaré, fustigeant le "dénigrement" subi par la production avicole américaine.