Cet article date de plus de trois ans.

"La haine entraîne la haine" : la mère d'une victime britannique du terrorisme répond à Donald Trump

Figen Murray critique les propos "racistes" partagés par le président américain sur les réseaux sociaux.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Donald Trump est à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), le 28 novembre 2017. (JIM WATSON / AFP)

"S'il vous plaît, mettez fin à cette campagne de la haine." La mère d'une victime de l'attaque islamiste de Manchester (Royaume-Uni) a envoyé un message cinglant au président américain. Figen Murray, qui a perdu son fils Martyn Hett le 22 mai dernier lors du concert d'Ariana Grande, a publié ces mots sur son compte Twitter, jeudi 30 novembre. Elle y critique les propos "racistes" partagés par le président américain sur les réseaux sociaux. 

Trois tweets de Donald Trump cibles des critiques

Tout a commencé mercredi 29 novembre, quand Donald Trump a retweeté plusieurs contenus d'extrême droite. Il s'agissait de trois vidéos, tweetées dans un premier temps par la Britannique Jayda Fransen, vice-présidente du parti nationaliste Britain First. Les trois séquences montraient des exactions commises par des personnes présentées comme des musulmans... sans donner aucun contexte.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. De nombreux députés britanniques ont condamné l'écho apporté à des tweets "haineux" et "colporteurs de mensonges". La Première Ministre, Theresa May, a qualifié ces messages "d'erreur". "Ne vous focalisez pas sur moi, focalisez-vous sur le terrorisme islamique radical destructeur à l'intérieur du Royaume-Uni. Tout va bien pour nous !" a répondu Donald Trump.

C'est après ce dernier message que Figen Murray a "ajouté sa voix aux critiques", explique The independent (en anglais)"Mon fils Martyn Hett a été tué dans l'Arena de Manchester. J'ai donc ressenti la terreur personnellement. Mais partager des propos racistes revient à verser du pétrole dans des flammes. La colère entraîne la colère, la haine entraîne de la haine ! S'il vous plaît, mettez fin à cette campagne de la haine", a-t-elle écrit. Une journée après la publication du tweet, il était partagé plus de 4 000 fois et aimé plus de 11 000 fois.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.