Etats-Unis : Donald Trump relaie des vidéos anti-musulmans sur Twitter

On y voit des exactions commises par des personnes présentées comme des musulmans. Elles ont d'abord été partagées par une responsable politique britannique d’extrême droite.

Le président américain Donald Trump lors d\'une allocution à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), le 15 novembre 2017.
Le président américain Donald Trump lors d'une allocution à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), le 15 novembre 2017. (NICHOLAS KAMM / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

A peine réveillé, Donald Trump semble s'être précipité sur son compte Twitter. Mercredi 29 novembre, entre 6h35 et 6h45 (heure locale), le président américain a retweeté plusieurs contenus d'extrême droite. Il s'agit de trois vidéos, tweetées dans un premier temps par la Britannique Jayda Fransen, vice-présidente du parti nationaliste Britain First. Les trois séquences montrent des exactions commises par des personnes présentées comme des musulmans... sans donner aucun contexte.

Intitulée "Un immigré musulman tabasse un Néerlandais en béquilles", la première vidéo semble avoir été filmée aux Pays-Bas, à une date indéterminée, sans que les faits soient avérés. La deuxième s'appelle "Un musulman détruit une statue de la Vierge Marie". Publiée en 2013 sur YouTube, elle a été filmée en Syrie et montre un membre de l’Etat islamique en train de détruire une statue de la Vierge Marie.

Enfin, la troisième vidéo ("Foule islamiste pousse un adolescent du toit et le bat à mort") a elle aussi été mise en ligne en 2013. Particulièrement violente, elle est présentée comme ayant été filmée en Egypte. La Britannique Jayda Fransen s'est aussitôt félicitée (en lettres majuscules) de cette exposition sur Twitter : "QUE DIEU BÉNISSE DONALD TRUMP ! QUE DIEU BÉNISSE L'AMÉRIQUE", a-t-elle écrit.

Vers une crise diplomatique avec le Royaume-Uni ?

Les réactions n'ont pas tardé. A commencer par le gouvernement britannique qui estime que Donald Trump a commis une "erreur" en partageant ces messages de Britain First. Plusieurs ministres demandent l'annulation du voyage officiel du chef d'Etat américain au Royaume-Uni. Pour certains membres du Parlement, le président des Etats-Unis n'est "pas le bienvenu ici". Le leader travailliste Jeremy Corbyn ne dit pas autre chose. Ces retweets sont "odieux, dangereux et une menace pour notre société".

Autre réaction, celle de Brendan Cox, mari de la députée Jo Cox, tuée en pleine rue par un extrémiste de droite en juin 2016. "Trump a légitimé l'extrême droite dans son propre pays ; maintenant, il essaie de le faire dans le nôtre. Répandre la haine a des conséquences et le président devrait avoir honte de lui", a-t-il analysée sur Twitter.