Kim Jong-un se dit favorable à un troisième sommet avec Donald Trump

Le leader nord-coréen et le président américain Donald Trump se sont rencontrés à deux reprises, le 12 juin dernier à Singapour puis les 27 et 28 février à Hanoï. Ils ne sont pas parvenus à conclure un accord sur l'abandon des programmes balistique et nucléaire nord-coréens.

Kim Jong-un lors d\'un comité du parti du travail de Corée, à Pyongyang, le 11 avril 2019.
Kim Jong-un lors d'un comité du parti du travail de Corée, à Pyongyang, le 11 avril 2019. (KCNA VIA KNS)

Une proposition sous condition. Le leader nord-coréen Kim Jong-un est prêt à rencontrer le président américain Donald Trump une troisième fois, à condition que Washington arrive à la table des négociations avec "la bonne attitude", a rapporté samedi 13 avril l'agence officielle KCNA.

Kim Jong-un a également déclaré qu'il attendrait jusqu'à la fin de l'année "pour que les Etats-Unis prennent une décision courageuse" concernant une nouvelle réunion. Le sommet de fin février, à Hanoï, a notamment buté sur la question de la levée des sanctions réclamée par le régime d'Asie de l'Est. Donald Trump a affirmé que Pyongyang avait exigé la levée de toutes les sanctions qui lui sont imposées du fait de ses programmes nucléaire et balistique interdits. La Corée du Nord a répliqué qu'elle n'avait demandé qu'une levée "partielle" de ces restrictions.

"Notre relation reste très bonne"

Le premier sommet historique, en juin à Singapour, entre le leader nord-coréen et le président américain s'était achevé sur une déclaration commune évoquant la "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", formulation vague permettant aux deux parties d'en faire des interprétations très différentes. "Un troisième sommet pourrait avoir lieu", a répondu Donald Trump en recevant dans le Bureau ovale son homologue sud-coréen Moon Jae-in, l'un des artisans du dialogue entre les deux pays.

"Je suis d'accord avec Kim Jong-un de Corée du Nord que notre relation reste très bonne, le terme excellent serait même peut être plus juste, et qu'un troisième sommet serait bon dans le sens où nous comprendrions totalement où nous nous situons", a tweeté samedi le président américain.