Fusillades aux États-Unis : les opposants à Donald Trump l'accusent d'attiser la haine

Après deux fusillades en moins de 24 heures, Donald Trump est visé par les candidats à la primaire démocrate.

France 3

Après les fusillades d'El Paso (Texas, États-Unis) et de Dayton (Ohio), perpétrées à quelques heures d'intervalle entre samedi 3 et dimanche 4 août, Donald Trump est dans le viseur de ses opposants. Les candidats à la primaire démocrate l'accusent d'être en partie responsable de la tuerie du Texas, imputée à un suprémaciste blanc. Parmi eux, Beto O'Rourke, originaire d'El Paso, estime que le président américain attise le racisme dans le pays.

Des tueries de masse qui vont permettre à Donald Trump de faire campagne sur le port d'armes

"Il n'est pas sûr que tout cela desserve Donald Trump parce que ces tueries de masse vont lui permettre en fait de faire campagne sur le nécessaire port d'armes aux États-Unis", analyse la journaliste Maryse Burgot depuis Washington. Pour le président américain, ces armes sont un moyen de défense pour ses citoyens lors de tueries de masse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des habitants viennent déposer des bougies après la fusillade survenue à El Paso (Texas), le 3 août 2019.
Des habitants viennent déposer des bougies après la fusillade survenue à El Paso (Texas), le 3 août 2019. (MARK RALSTON / AFP)