Etats-Unis : l'université de Harvard et le MIT attaquent en justice la révocation des visas pour les étudiants étrangers

D'après l'administration Trump, les étudiants étrangers inscrits dans des universités dont les cours resteront en ligne à la rentrée en raison de l'épidémie de Covid-19 devront être expulsés des Etats-Unis.

L\'université de Harvard, à Cambridge, dans le Massachusets (Etats-Unis), le 22 avril 2020. 
L'université de Harvard, à Cambridge, dans le Massachusets (Etats-Unis), le 22 avril 2020.  (MADDIE MEYER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Les plus grandes universités américaines craignent de voir leurs étudiants étrangers se faire expulser. Après l'annonce lundi 6 juillet du gouvernement de Donald Trump de ne pas autoriser les étudiants étrangers à rester sur le territoire américain si les cours sont uniquement en ligne à la rentrée, l'université de Harvard et le Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont décidé d'attaquer cette décision en justice. 

"Nous défendrons ce dossier avec détermination afin de permettre à nos étudiants étrangers – et aux étudiants étrangers de toutes les universités du pays – de continuer leurs études sans risquer d'être expulsés", écrit ainsi le président de Harvard, Lawrence Bacow, mercredi 8 juillet, sur le site de l'université (en anglais). Leur action en justice a été enregistrée devant le tribunal fédéral de Boston.

Le gouvernement de Donald Trump a annoncé lundi qu'il n'autoriserait pas les étudiants étrangers à rester aux Etats-Unis si leurs universités décidaient, du fait de l'épidémie de Covid-19, d'enseigner uniquement en ligne à la rentrée. C'est le cas notamment de Harvard, l'une des plus prestigieuses universités américaines.