Etats-Unis : face à la procureure de New York, Trump a invoqué plus de 400 fois son droit de ne pas répondre, rapporte la presse américaine

L'ancien président américain a gardé le silence pendant les heures d'interrogatoire de son audition sous serment, mercredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien président américain Donald Trump lève le poing en marchant vers un véhicule à l'extérieur de la Trump Tower à New York (Etats-Unis), le 10 août 2022. (STRINGER / AFP)

Garder le silence. Plus de 440 fois, Donald Trump a invoqué ce droit, et celui de ne pas répondre aux questions lors de son audition sous serment devant la procureure générale de New York (Etats-Unis), mercredi, rapportent des médias américains jeudi 11 aoûtL'ancien président des Etats-Unis a été interrogé pendant six heures dans le cadre d'une enquête au civil initiée en 2019. Elle porte sur des soupçons de fraudes financières et fiscales au sein du groupe familial Trump Organization. 

>> Perquisition chez Donald Trump : on vous résume les procédures judiciaires qui visent l'ancien président américain

A 440 reprises, Donald Trump a rappelé pour cela le 5e amendement de la Constitution américaine, qui permet à tout justiciable de ne pas témoigner contre soi-même, rapporte le Washington Post. La source est anonyme, compte tenu de la confidentialité de l'audition sous serment. D'après l'un des avocats de Donald Trump, Ron Fischetti, cité par la télévision NBC, la seule réponse que son client ait faite a été de donner son nom.

Contactés par l'AFP, ni les services de la magistrature, ni les avocats de Donald Trump n'ont pour l'instant donné suite. Letitia James, une procureure élue du parti démocrate, l'avait confirmé dans un très bref communiqué après son face-à-face avec l'homme d'affaires, assurant qu'elle "poursuivrai(t) (son) enquête" car "personne n'est au-dessus des lois" aux Etats-Unis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.