États-Unis : Donald Trump désormais sans rival pour l’investiture républicaine ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Aux États-Unis, Donald Trump fait un pas de plus vers l'investiture républicaine. Il a triomphé en Caroline du Sud samedi 24 février, face à sa rivale Nikki Haley. Il s'est seulement adressé à Joe Biden en ces termes : "Joe, tu es viré".
États-Unis : Donald Trump désormais sans rival pour l’investiture républicaine ? Aux États-Unis, Donald Trump fait un pas de plus vers l'investiture républicaine. Il a triomphé en Caroline du Sud samedi 24 février, face à sa rivale Nikki Haley. Il s'est seulement adressé à Joe Biden en ces termes : "Joe, tu es viré". (France 2)
Article rédigé par France 2 - S. Perez, P. Miette
France Télévisions
France 2
Aux États-Unis, Donald Trump fait un pas de plus vers l'investiture républicaine. Il a triomphé en Caroline du Sud samedi 24 février, face à sa rivale Nikki Haley. Il s'est seulement adressé à Joe Biden en ces termes : "Joe, tu es viré".

Avec une victoire sans appel à hauteur de 60% des suffrages, l’investiture républicaine semble désormais inéluctable pour Donald Trump. En Caroline du Sud (États-Unis), il a emporté sa cinquième primaire consécutive. Le candidat se projette déjà dans un duel avec Joe Biden, en reprenant son slogan fétiche : "Le 5 novembre, on regardera Joe Biden droit dans les yeux, lui qui détruit notre pays, et on lui dira : Joe, tu es viré." 

"Super tuesday" le 5 mars

Malgré une intense campagne, Nikki Haley a échoué dans l’État clé du sud américain, dont elle a pourtant été la gouverneure. Malgré la défaite cinglante, elle a tenté de garder bonne figure. "Je n’abandonnerai pas ce combat, alors qu’une majorité d’Américains désapprouve à la fois Donald Trump et Joe Biden", a-t-elle déclaré. Comme leur chef de file, ses partisans, eux, estiment que son investiture est désormais gagnée. La prochaine primaire se déroulera dans le Michigan mardi, avant le "Super tuesday" le 5 mars et ses votes simultanés dans seize États. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.