États-Unis : à Portland, antifascistes et milices pro-Trump s'affrontent violemment

Aux États-Unis, dans la ville de Portland, dans l'Oregon, les antifascistes et les milices d'extrême-droite pro-Trump s'affrontent régulièrement et violemment.

France 2

Le 22 août dernier, à Portland, dans l'Oregon, les soutiens de Donald Trump affrontent des militants de la gauche radicale. Le 29 août, en pleine rue, un manifestant pro-Trump est abattu. Son meurtrier sera tué par la police trois jours après. Depuis quelques jours, la ville est de nouveau sous très haute tension. Les antifascistes se sont rassemblés dans un parc. Activistes d'extrême gauche, secouristes engagés...  ils manifestent quasiment tous les jours depuis la mort de George Floyd en mai dernier. "Au lieu de donner aux policiers 50 millions de dollars de plus, donnons cet argent à des communautés qui en ont besoin", revendique Emory Mort, membre du groupe Portland Resistance, créé contre Donald Trump et la police.

Donald Trump a refusé de condamner les Proud Boys

Dans un autre parc, les Proud Boys se regroupent. C'est ce groupe de militants d'extrême droite, blancs suprémacistes, que Donald Trump a refusé de condamner lors du débat télévisé face à Joe Biden. Ses membres doivent promettre de célébrer le chauvinisme blanc et la femme au foyer. Peter Diaz, le chef d'un autre groupe invité, les Loups d'Amérique, veut défendre sa vision individualiste du rêve américain. "Prendre de l'argent à ceux qui travaillent dur pour donner à ceux qui travaillent moins, ça ne marche pas, ça vous décourage de tout faire pour vous et votre famille", déclare-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des membres des Proud Boys, le 26 septembre 2020 à Portland (Etats-Unis).
Des membres des Proud Boys, le 26 septembre 2020 à Portland (Etats-Unis). (JOHN RUDOFF / ANADOLU AGENCY / AFP)