Donald Trump accuse l'ex-patron du FBI d'avoir menti au Congrès et se dit prêt à témoigner sous serment

James Comey a affirmé lors d'une audition devant le Congrès que le président américain lui avait demandé d'abandonner une enquête sur l'un de ses ex-conseillers.

Le président américain Donald Trump lors d\'une conférence de presse à la Maison Blanche, à Washington, le 9 juin 2017.
Le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, à Washington, le 9 juin 2017. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

Donald Trump a accusé, vendredi 9 juin, l'ancien directeur du FBI d'avoir menti lors de son audition devant le congrès. James Comey a affirmé que le président américain lui avait demandé d'abandonner une enquête sur son ex-conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn. "Il n'y aurait rien de mal si je l'avais fait, selon tous les gens que j'ai lus aujourd'hui. Mais je n'ai pas dit cela", a déclaré Donald Trump dans les jardins la Maison Blanche, à Washington. Le chef d'Etat s'exprimait l'occasion d'une conférence de presse avec le président roumain Klaus Iohannis.

Donald Trump a ajouté qu'il était prêt à "à 100%" à contredire le témoignage de James Comey sous serment, notamment devant le procureur spécial Robert Mueller. Ce dernier supervise depuis le mois dernier tous les volets de l'enquête sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle.

"Aucune collusion, aucune entrave"

Le président américain a également nié avoir réclamé à James Comey sa "loyauté". Il a promis de dire "dans un avenir très proche" s'il détenait des enregistrements de ses conversations privées avec James Comey, comme il l'avait un temps insinué. "Vous serez très déçus quand vous entendrez la réponse", a-t-il toutefois prévenu.

L'audition de l'ex-patron du FBI "n'a montré aucune collusion, aucune entrave", a assuré Donald Trump. "Tout va très bien. C'était une excuse des démocrates qui venaient de perdre une élection que certains disaient imperdable." "Franchement James Comey a confirmé beaucoup de choses que j'avais dites, et certaines choses qu'il a avancées n'étaient pas vraies", a conclu le président américain.