Climat : Pittsburgh exprime dans la rue son "oui" à Paris" et son "non" à Trump

Les habitants de Pittsburgh ne décolèrent pas. Ils ont manifesté samedi pour dénoncer le retrait américain de l'accord de Paris. Et se sentent "insultés" par le président Donald Trump.

Bill Peduto, le maire de Pittsburgh, devant les drapeaux américains et français, déclare qu\'il suivra l\'accord de Paris.
Bill Peduto, le maire de Pittsburgh, devant les drapeaux américains et français, déclare qu'il suivra l'accord de Paris. (RADIO FRANCE / PHILIPPE RANDE)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pour justifier son retrait de l'accord de Paris sur le climat, jeudi 1er juin, le président américain a pris Pittsburgh comme exemple. Bill Peduto, le maire de cette ville de 300 000 habitants, en Pennsylvanie, lui a répondu en montant au créneau dès jeudi pour dire qu'il suivrait l'accord de Paris. Près de 2 000 habitants se sont aussi rassemblés samedi 3 juin pour exprimer leur opposition à la décision de Donald Trump.

La référence à Pittsburgh a été vécue comme "une insulte"

A Pittsburgh, les manifestants se sont sentis profondément blessés par les déclarations de Donald Trump, justifiant le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris d'un "J'ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris". Ensemble, en marchant et en chantant, ils ont dit "non" à Trump et "oui" à Paris. Dans les rangs du défilé, Bob brandit une pancarte avec un slogan écrit en français : "Nous sommes tous des Parisiens".

"Donald Trump nous a insultés. Ici, il y a beaucoup de gens qui travaillent dur. On a aidé à construire ce monde et cette terre. Lui nous exploite, c'est un idiot", déclare cet habitant de Pittsburgh.

Les efforts de la ville ignorés de la Maison Blanche

Un peu plus loin, Jane ne décolère pas. Comme 80% des habitants de Pittsburgh, elle a soutenu Hillary Clinton pendant l’élection présidentielle de 2016.

Cadre dans le secteur des nouvelles technologies, cette habitante ne comprend pas pourquoi Donald Trump a pris sa ville pour exemple. "Il ne connait pas cette ville, il ne sait pas que nous n’avons pas d’usines de charbon, que l’industrie de l’acier est terminée depuis longtemps. On est passé à l’ère de l’enseignement supérieur, de la santé, des nouvelles technologies et on essaie aussi de développer les transports et toute sorte d’infrastructures", estime Jane.

De son côté, le maire démocrate de Pittsburgh, Bill Peduto, a promis qu’au niveau local, l’Amérique continuerait d’avancer vers une économie verte. "Je peux vous assurer que nous suivrons les directives de l'accord de Paris pour nos administrés, notre économie et notre avenir", a-t-il affirmé.   

Climat : Pittsburgh exprime dans la rue son "oui" à Paris" et son "non" à Trump - un reportage de Philippe Randé
--'--
--'--