Centenaire du 11-Novembre : Paris sous étroite surveillance

Le dispositif de sécurité qui sera déployé à Paris dimanche 11 novembre pour les commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale est impressionnant.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Sur les Champs-Élysées, les barrières de sécurité sont déjà installées. Policiers et gendarmes commencent à être déployés. Au total, 10 000 membres des forces de l'ordre pour assurer la protection de 72 chefs d'États ou de gouvernement. Surveillance des lieux de commémoration, mais aussi des hommes mobilisés sur le fleuve et les canaux de la capitale. Plusieurs quartiers de la capitale seront bloqués. La circulation automobile sera interdite et les déplacements piétons restreints autour du musée d'Orsay, où aura lieu samedi 10 novembre un dîner en présence des chefs d'État, mais également dans le périmètre des Champs-Élysées, où se tiendront dimanche 11 novembre les commémorations de l'armistice.

Une chambre d'hôpital réservée à Donald Trump

Le nord de Paris, où se tiendra un forum pour la paix et un concert sous haute surveillance, sera également impacté. L'enjeu est que tous les services de sécurité français et étrangers se coordonnent pour protéger les personnalités invitées. Les pompiers seront également mobilisés, avec 300 militaires supplémentaires dédiés à ces quatre événements. Les CRS devront également encadrer dimanche une manifestation contre Donald Trump. Le président américain va rejoindre le sol français vendredi 9 novembre accompagné d'un service de sécurité d'envergure. "Autour de lui, il y aura plusieurs dizaines d'officiers de sécurité américains. Rien n'a été laissé au hasard : une zone spéciale a même été réservée pour lui dans un hôpital parisien au cas où Donald Trump avait un problème de santé", relate la journaliste Claire Colnet, en duplex depuis l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne), où le chef d'État américain va atterrir.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron et Donald Trump quittent les Invalides, à Paris, le 13 juillet 2017.
Emmanuel Macron et Donald Trump quittent les Invalides, à Paris, le 13 juillet 2017. (IAN LANGSDON / AFP)