Bruce Sprinsgteen sort "Letter To You" : "Ce n'est pas l'Amérique unifiée qu'il chante"

À moins de deux semaines de l'élection présidentielle, l'une des plus grandes voix de l'Amérique se fait entendre à nouveau ce vendredi : Bruce Springsteen et son nouvel album, "Letter To You", enregistré avec le E Street Band. A 71 ans, est-il encore une voix qui porte les espoirs d'une Amérique laissée de côté ?

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Bruce Springsteen sort son 20e album studio, "Letter To You". (Danny Clinch)

Puisqu'il est question de voix, la sienne est plus que vibrante, déchirante. Le "Boss" la travaille désormais, plus qu'avant, dans toutes ses nuances. Encore plus, peut-être, sur cet album qui marque le retour du mythique E Street Band, enregistré en quatre jours dans son ranch du New Jersey.

Son 20e album, Letter To You, Bruce Springsteen l'a donc voulu plus personnel, explorant le passé. Mais alors qu'il a autorisé Joe Biden à utiliser son très symbolique tube The Rising pour sa campagne, le Boss est plutôt discret dans ses chansons, alors que par le passé (Nebraska, Born In The USA ou The Rising, justement, étant sa trilogie la plus politique) il n'a pas hésité à laisser sortir sa colère. La raison ? Il l'a confiée lors d'une interview accordée à l'animateur et journaliste Zane Lowe pour Apple Music (ci-dessous, à partir de 54'00).

J’essaie toujours de chroniquer mon époque du mieux que je le peux

Bruce Springsteen

Pour comprendre cette position, on se tourne vers Belkacem Bahlouli, rédacteur en chef de Rolling Stone et auteur de Bruce Springsteen Cover (éditions du Layeurs). Pour lui, "on est davantage dans l'allégorie, comme Bob Dylan en 1967 avec John Wesley Harding". En fait, Bruce Springsteen, la voix des "cols bleus", l'icône des oubliés, souffre comme beaucoup de la fracture qui s'est opérée ces dernières années dans son pays.

Il y a beaucoup de méfiance, on ne parle plus à son voisin, et ça, ce n'est pas l'Amérique unifiée que Bruce Springsteen chante

Belkacem Bahlouli, rédacteur en chef de Rolling Stone

Et en cela, pas de doute - et il le répète suffisamment à chaque intervention, lui qui s'est toujours engagé aux côtés de Barack Obama par exemple -, l'Amérique dont rêve Bruce Springsteen n'est définitivement pas celle de Donald Trump, comme elle n'était pas celle de George W. Bush. Même si ses chansons prennent d'autres chemins.

Bruce Springsteen, la voix d'une Amérique fracturée ? | Le reportage de Yann Bertrand
--'--
--'--

Bruce Springsteen, Letter To You (Columbia). Album disponible.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.