Assaut du Capitole : cinq choses à retenir des premières conclusions de la commission d'enquête, qui pointe la responsabilité de Donald Trump

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
La commission d'enquête parlementaire sur l'assaut du Capitole, le 9 juin 2022. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

Selon les premiers éléments du rapport parlementaire, dévoilés dans la nuit de jeudi à vendredi, l'ancien président américain était bien "au centre" d'une "tentative de coup d'Etat" visant à le maintenir au pouvoir.

Que s'est-il vraiment passé au Capitole, le 6 janvier 2021 ? Une commission d'enquête parlementaire a commencé à rendre ses conclusions, jeudi 9 juin, en ouverture d'une série d'auditions. Depuis près d'un an, ce groupe d'élus de la Chambre des représentants, sept démocrates et deux républicains, a entendu plus de mille témoins, dont deux enfants de l'ancien président américain, pour faire la lumière sur les faits et gestes précis de Donald Trump avant, pendant et après cet événement qui a fait trembler la démocratie américaine. Voici ce qu'il faut retenir de ces premières conclusions.

1Donald Trump était "au centre" d'une "tentative de coup d'Etat"

Une foule déchaînée dans les couloirs du Congrès, des élus rampant au sol avec des masques à gaz... Les manifestants ont pris d'assaut le siège du Parlement américain le 6 janvier 2021 après "les encouragements" de l'ancien président Donald Trump, selon Bennie Thompson, chef de la commission d'enquête parlementaire. "Le président Trump a convoqué la foule, rassemblé la foule et allumé la mèche de cette attaque", a asséné Liz Cheney, une des rares élues républicaines ayant accepté de siéger au sein cette commission.

"Le 6 janvier a été le point culminant d'une tentative de coup d'Etat. (...) Donald Trump était au centre de ce complot."

Bennie Thompson, chef de la commission d'enquête parlementaire

durant la première audience publique au Capitole

Des accusations graves contre Donald Trump qui devraient être étayées dans les jours à venir. "Ce sera l'intérêt des prochaines sessions de savoir quel est son degré d'implication et surtout de coordination avec les émeutiers", a expliqué le spécialiste des Etats-Unis Corentin Sellin sur franceinfo vendredi.

FRANCE TELEVISIONS

En pleine diffusion de l'audition, Donald Trump a de son côté continué à faire l'éloge de l'assaut du Capitole, qualifié de "plus grand mouvement de l'histoire pour rendre à l'Amérique sa grandeur". Celui qui qualifie cette enquête de "chasse aux sorcières" a accusé sur son réseau social, Truth Social, la commission parlementaire d'être biaisée et a réitéré ses allégations de fraude électorale.

2Des images inédites (et très violentes) de l'assaut dévoilées

Pour appuyer ses conclusions, la commission a diffusé des images inédites et extrêmement violentes de cette journée d'hiver lors de laquelle des milliers de partisans de Donald Trump s'étaient réunis à Washington pour dénoncer le résultat de l'élection présidentielle 2020.

Ces vidéos montrent une marée humaine prenant d'assaut le siège du Congrès, s'attaquant à des policiers, appelant à "pendre" le vice-président, Mike Pence, et un manifestant lisant des tweets de Donald Trump au mégaphone au milieu d'une foule en délire. "Ce n'était en rien une visite touristique au Capitole", a lancé Bennie Thompson en allusion à ceux chez les républicains qui ont brandi cet argument.

3Une policière compare les abords du Capitole à "une zone de guerre"

La commission a aussi reçu le témoignage d'une policière, Caroline Edwards, la première membre des forces de l'ordre à avoir été blessée par les émeutiers le 6 janvier. Elle compare les abords du Capitole à "une zone de guerre". "Je glissais sur le sang des gens, a-t-elle confié. C'était un carnage, c'était le chaos, je ne peux même pas décrire ce que j'ai vu."

La policière "a dit que jamais elle n'avait été préparée à cela, à vivre une telle scène, commente Corentin Sellin auprès de franceinfo. C'était très impressionnant. On entendait parfois les réactions du public sur place. On sentait vraiment à la fois l'émotion et on voyait aussi l'impact de ces images et de ce témoignage qui rappelaient à quel point cette émeute a marqué l'histoire des Etats-Unis par sa violence. Cela a été un moment très fort de cette première audition."

4Un documentariste raconte le rôle d'une milice d'extrême droite lors de l'attaque

Un autre témoignage, au plus près de l'événement, a marqué les esprits. L'auteur de documentaires Nick Quested, dont l'équipe suivait la milice d'extrême droite des Proud Boys pendant l'assaut, a confié avoir été choqué par la "colère" qu'il a vue parmi les membres du groupe.

Le documentariste affirme également que la milice avait projeté une attaque du Capitole bien avant le 6 janvier 2021 avec une autre organisation d'extrême droite, les Oath Keepers, rapporte The New York Times (en anglais). Des images montrent les leaders des deux organisations se rencontrant le 5 janvier et faisant du repérage autour du Capitole le jour de l'invasion.

5Une enquête critiquée par les républicains

La majorité des républicains rejette les travaux de cette commission d'enquête. Le chef des conservateurs à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, dénonce la commission "la plus politique et la moins légitime de l'histoire des Etats-Unis". Son parti a d'ores et déjà promis d'enterrer les travaux de cette commission s'il venait à prendre le contrôle de la Chambre lors des élections de mi-mandat, en novembre.

Les images de cette audition n'ont d'ailleurs pas été diffusées par les médias les plus conservateurs du pays, nouvelle illustration de la profonde ligne de fracture politique qui divise les Etats-Unis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.