VIDEO. Violences policières : Emmanuel Macron demande au gouvernement des propositions pour "améliorer la déontologie" des forces de l'ordre

Dans la rue, depuis plusieurs jours, des milliers de manifestants dénoncent le racisme et les violences policières. Le président demande à ses ministres de réagir et de lui faire des propositions face aux revendications exprimées.

France 2

Le chef de l’État veut des réponses aux accusations de violences policières et vite. Emmanuel Macron et Edouard Philippe se sont entretenus, dimanche 7 juin. Christophe Castaner est en première ligne. Il y a six mois déjà, Emmanuel Macron lui réclamait des propositions. A l’époque, les images de certains "gilets jaunes" violentés par des policiers ou encore la mort par asphyxie d’un chauffeur livreur lors de son interpellation avaient suscité la polémique.

Désormais, avec les manifestations initiées par les proches d’Adama Traoré à la suite de la mort de George Floyd aux Etats-Unis, les violences policières redeviennent une priorité pour Emmanuel Macron. L’opposition s’est emparée du sujet. "Des violences policières en France c’est un mensonge, cela n’existe pas", indiquait le patron des Républicains, Christian Jacob. Quant à Jean-Luc Mélenchon de La France insoumise et à Jordan Bardella, du Rassemblement national, ils appellent le gouvernement à prendre position au plus vite.

Le chef de l'Etat demande ainsi au gouvernement "d'accélérer" sur les différents volets du sujet, la déontologie policière mais aussi la politique de la ville et le racisme. Il a aussi demandé à la garde des Sceaux Nicole Belloubet de se pencher sur le dossier d'Adama Traoré.

Les élus et des représentants d'associations consultés

Le chef de l'Etat a également demandé à Christophe Castaner de faire le point sur les questions de déontologie policière et de mener à bien le travail qu'il avait réclamé en janvier au gouvernement pour "améliorer la déontologie" des forces de l'ordre. Selon son entourage, le président de la République veut aussi que le ministre de l'Intérieur fasse "le point sur les mesures envisagées après l'affaire de la boucle WhatsApp" et des propos racistes proférées par des policiers sur les réseaux sociaux.

"Le président de la République a souhaité qu'on puisse accélérer sur ces choses pour donner à la police les mots d'ordre qu'il faut pour que ce qui peut parfois paraître constituer des dérapages ne se produisent pas", a confirmé sur CNews le ministre chargé des relations avec le Parlement Marc Fesneau.

Selon l'Elysée, Emmanuel Macron s'est également entretenu avec le ministre de la Ville Julien Denormandie sur les dossiers concernant le racisme, les quartiers et la politique de la ville. Le président a par ailleurs consulté des élus, des représentants d'associations et des personnalités impliqués dans la politique de la ville.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron donne une conférence de presse à l\'Elysée, à Paris, le 4 mai 2020.
Emmanuel Macron donne une conférence de presse à l'Elysée, à Paris, le 4 mai 2020. (GONZALO FUENTES / POOL / AFP)