Les Etats-Unis votent contre une résolution de l'ONU visant à abolir la peine de mort pour homosexualité

Au Conseil des droits de l'homme de l'ONU, l'ambassadrice américaine a voté comme les représentants de pays où l'homosexualité est passible de peine de mort.

L\'ambassadrice américaine à l\'ONU, Nikki Haley, lors d\'une réunion du Conseil de sécurité, le 28 septembre 2017 à New York.
L'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, lors d'une réunion du Conseil de sécurité, le 28 septembre 2017 à New York. (LUIZ RAMPELOTTO / EUROPANEWSWIRE / AFP)

Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a adopté, vendredi 29 septembre, par 27 voix pour 13 contre et 7 abstentions, une résolution (pdf en anglais) condamnant l'usage injustifié de la peine de mort à l'encontre des femmes, des personnes handicapées, sur des critères ethniques ou pour homosexualité. La France, qui a aboli la peine de mort en 1981, a voté pour. Parmi les pays qui ont voté non, se trouvent les Etats-Unis, aux côtés du Bangladesh, de l'Egypte, de la Chine, du Burundi, de l'Inde, du Japon, du Qatar, de l'Arabie Saoudite, des Emirats arabes unis, de l'Irak et de l'Ethiopie.

Washington vote "constamment non"

C'est la première fois qu'une telle résolution fait explicitement mention de l'homosexualité. Le texte, qui n'appelle pas à mettre fin à la peine de mort, demande aux pays signataires de s'assurer que la peine capitale n'est pas utilisée de manière discriminatoire. Pour l'ILGA, une association internationale de défense des droits des personnes LGBTI, qui qualifie le texte d'"historique", la position des Etats-Unis n'est pas une surprise. Un responsable de l'ILGA explique à Gay Star News (en anglais) : "Les Etats-Unis appliquent la peine de mort et votent constamment non sur les résolutions qui s'y opposent."

Citée par The Washington Blade, l'administration américaine a d'abord assuré "condamner sans équivoque l'application de la peine de mort pour homosexualité, blasphème, adultère et apostasie". "Nous avons voté contre la résolution en raison de préoccupations concernant la condamnation, par cette résolution, de la peine de mort en toutes circonstances". Le vote américain sur cette résolution n'a en outre rien à voir avec l'administration Trump. En 2014, l'administration Obama s'était abstenue sur une résolution du même type, rappelle Buzzfeed, avec les mêmes arguments.