Des enquêteurs indépendants affirment avoir identifié le tueur du Zodiaque, qui a terrorisé San Francisco dans les années 1960

Un groupe de 40 enquêteurs indépendants affirme que le tueur en série est Gary Francis Poste, un homme mort en 2018. Mais le FBI estime toujours que l'affaire n'est pas résolue.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La façade du "San Francisco Chronicle", à San Francisco (Californie, Etats-Unis), le 24 février 2009. (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

C'est une affaire vieille de plus de 50 ans. Serait-elle enfin résolue ? C'est ce qu'affirme un groupe de 40 enquêteurs indépendants (journalistes, militaires...). Selon ces derniers, le "tueur au Zodiaque", qui a sévi dans la région de San Francisco à la fin des années 1960, est un certain Gary Francis Poste. Cependant, la police ne l'a jamais attrapé et cet homme est décédé en 2018.

De son côté, le FBI précise que l'affaire reste non résolue, disant "ne pas avoir de nouvelles informations à partager pour le moment", relève le San Francisco Chronicle (article en anglais). Le média local avait été le destinataire de lettres envoyées par le meurtrier, accusé d'avoir tué cinq personnes et d'en avoir blessé deux autres en Californie.

"Des cicatrices identiques sur le front"

L'équipe d'enquêteurs, qui se fait appeler Case Breakers, défend sa théorie sur la base de plusieurs facteurs, "notamment la similitude entre les photos de leur suspect et un portrait-robot du Zodiaque réalisé par la police en 1969, en particulier avec ce qui semble être des cicatrices identiques sur le front, et sur des anagrammes qui, selon eux, révèlent le nom de leur suspect".

Ils affirment également avoir la preuve que leur suspect a tué Cheri Jo Bates, une femme assassinée à Riverside en 1966 que certains ont attribué au Zodiaque. Mais cette théorie a été démentie en août par la police de Riverside.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.