LA PHOTO. Michelle Obama fait la leçon à Donald Trump sans jamais le nommer

A Philadelphie, le 25 juillet 2016, la First lady a enflammé la convention démocrate pour apporter son soutien à Hillary Clinton. Michelle Obama s’est révélée une oratrice exceptionnelle. Son discours a marqué les esprits. En attentant celui de son époux.

Toute ressemblance avec un candidat républicain à la chevelure orange ne serait pas fortuite. En prenant la parole à la convention démocrate, Michelle Obama a ciblé Donald Trump sans jamais le nommer. «Quand je pense à un président pour mes filles et pour tous nos enfants, voilà ce que je veux : quelqu’un qui sait ce que représente cette charge et qui la prend au sérieux. Quelqu’un qui comprend que les problèmes de notre nation ne sont pas noir ou blanc. Qu’on ne peut pas les expédier en 140 caractères [comme un micromessage sur Twitter]. Que quand vous avez les codes nucléaires à votre disposition et les militaires sous vos ordres, vous ne pouvez pas vous permettre d’être susceptible, ou d’avoir tendance à vous emporter.»
Toute ressemblance avec un candidat républicain à la chevelure orange ne serait pas fortuite. En prenant la parole à la convention démocrate, Michelle Obama a ciblé Donald Trump sans jamais le nommer. «Quand je pense à un président pour mes filles et pour tous nos enfants, voilà ce que je veux : quelqu’un qui sait ce que représente cette charge et qui la prend au sérieux. Quelqu’un qui comprend que les problèmes de notre nation ne sont pas noir ou blanc. Qu’on ne peut pas les expédier en 140 caractères [comme un micromessage sur Twitter]. Que quand vous avez les codes nucléaires à votre disposition et les militaires sous vos ordres, vous ne pouvez pas vous permettre d’être susceptible, ou d’avoir tendance à vous emporter.» (ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP )
MIchelle Obama, une oratrice exceptionnelle Toute ressemblance avec un candidat républicain à la chevelure orange ne serait pas fortuite. En prenant la parole à la convention démocrate, Michelle Obama a ciblé Donald Trump sans jamais le nommer. «Quand je pense à un président pour mes filles et pour tous nos enfants, voilà ce que je veux : quelqu’un qui sait ce que représente cette charge et qui la prend au sérieux. Quelqu’un qui comprend que les problèmes de notre nation ne sont pas noir ou blanc. Qu’on ne peut pas les expédier en 140 caractères [comme un micromessage sur Twitter]. Que quand vous avez les codes nucléaires à votre disposition et les militaires sous vos ordres, vous ne pouvez pas vous permettre d’être susceptible, ou d’avoir tendance à vous emporter.»