La famille de Malcolm X demande la réouverture de l'enquête sur son meurtre

Dans une lettre, un ancien policier new-yorkais accuse les forces de l'ordre d'avoir caché certains aspects du dossier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Malcom X, militant politique et défenseurs des droits des Afro-Américains. (ANN RONAN PICTURE LIBRARY / ANN RONAN PICTURE LIBRARY)

Qui a tué Malcom X ? Les filles de l'activiste politique et militant des droits des Afro-Américains ont demandé la réouverture de l'enquête sur son meurtre, à la lumière d'un nouveau témoignage mettant en cause la police de New York et le FBI. Lors d'un point-presse, dimanche 21 février, la famille a présenté une lettre écrite par un ancien policier new-yorkais, aujourd'hui décédé. Cet ancien policier, qui souhaitait que son témoignage ne devienne public qu'après sa mort, soutient que la police de New York (NYPD) et le FBI ont tenus secrets certains aspects du dossier.

La police prête "à contribuer à cet examen"

Selon son cousin, le policier, qui était noir et opérait sous couverture, affirme s'être rapproché, à la demande de sa hiérarchie, de l'entourage de Malcolm X et avoir piégé deux de ses gardes du corps, arrêtés quelques jours seulement avant l'assassinat. Le 21 février 1965, El-Hajj Malik El-Shabazz, de son vrai nom, était donc privé de la présence ces deux hommes lorsqu'il s'est présenté pour une allocution dans l'Audubon Ballroom, une salle de spectacle du nord de Manhattan, avant de tomber sous les balles de trois tireurs.

La police de New York a indiqué avoir communiqué aux services du procureur "toutes les archives liées à cette affaire" et "reste prêt à contribuer à cet examen de quelque manière que ce soit". "Tout élément qui permette de mieux connaître la vérité sur cette terrible tragédie devrait être examiné avec soin", a déclaré Ilyasah Shabazz, l'une des trois filles de Malcolm X présentes lors du point-presse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.