Cet article date de plus d'un an.

Invasion de l'Afghanistan par les talibans : l'amertume et les craintes des vétérans américains

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Invasion de l'Afghanistan par les talibans : l'amertume et les craintes des vétérans américains
FRANCE 2
Article rédigé par
M.Burgot, B.Laigle, L.Setyon, A.Sangouard, G.Camba - France 2
France Télévisions

Pendant presque vingt ans, les forces armées américaines ont repoussé les talibans d'Afghanistan. Avec le retour de ces derniers, les vétérans craignent pour l'intégrité du sol afghan et, parfois, pour leur propre pays. 

C'est une ancienne base américaine à l'est de l'Afghanistan. Elle est aujourd'hui aux mains de talibans. Partout, du matériel militaire venu des États-Unis, et des pick-ups américains désormais conduits par des fondamentalistes islamistes. Les mêmes images tournent en boucle sur les télévisions américaines, un crève-cœur pour Daniel Blakeley, un vétéran. Il a combattu en Afghanistan de 2009 à 2011. "C'est difficile de voir ces images, de voir le retour de cette organisation terroriste que nous avons combattu pendant 20 ans. Ils reprennent le contrôle d'un pays à qui nous avions donné la liberté", raconte-t-il.


Pour Joe Biden, la mission a été accomplie


2 400 soldats américains sont tombés au combat en Afghanistan en 20 ans de guerre. D'autres vétérans redoutent ce qu'il pourrait se passer sur le sol américain. "Je n'aime pas du tout la manière dont ça se termine. J'aurais aimé qu'on quitte l'Afghanistan dans de meilleures circonstances. On aurait de meilleurs moyens d'y maintenir la paix et la prospérité, trouver le moyen que le monde ne s'inquiète pas d'une éventuelle nouvelle attaque terroriste. Les talibans ont montré dans le passé qu'ils pouvaient aider ce genre de projets", analyse Tom Amenta, vétéran. Joe Biden défend sa décision de quitter l'Afghanistan. Son secrétaire d'État répète inlassablement que la mission a été accomplie : l'élimination des commanditaires de l'attaque du 11 Septembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.