Etats-Unis : le bilan des incendies en Californie s'alourdit à au moins 59 morts

L'incendie qui ravage un comté du nord de la Californie, le "Camp Fire", a ravagé 55 000 hectares. 

Des pompiers s\'affairent dans les collines de Paradise (Californie, Etats-Unis) ravagées par les incendies, le 14 novembre 2018.
Des pompiers s'affairent dans les collines de Paradise (Californie, Etats-Unis) ravagées par les incendies, le 14 novembre 2018. (JOSH EDELSON / AFP)

Le bilan est revu à la hausse, une nouvelle fois. Quelque 56 personnes sont mortes dans le "Camp Fire", l'incendie qui ravage le nord de la Californie depuis près d'une semaine, ont annoncé mercredi 14 novembre les autorités locales, après la découverte des restes de huit victimes supplémentaires. Dans le sud de la Californie, le "Woolsey Fire" a fait au moins trois morts, ce qui porte le bilan total des incendies en Californie à au moins 59 morts. 

Les équipes de pompiers ont profité dans la journée de conditions météorologiques plus clémentes pour gagner du terrain face au feu, alors que des membres de la Garde nationale sont venus contribuer aux efforts de recherche des victimes.

L'incendie, baptisé "Camp Fire", a ravagé 55 000 hectares et plus de 100 personnes étaient encore portées disparues mercredi soir. Il a dévasté la quasi-totalité de la ville de Paradise, située en zone rurale dans le comté de Butte, près de Sacramento, à 280 km au nord de San Francisco.

"Nous faisons des progrès"

Profitant d'une accalmie des vents et d'une humidité plus importante, les pompiers sont parvenus à contenir plus d'un tiers du sinistre. "Nous faisons des progrès", a déclaré Ken Pimlott, le directeur du Cal Fire, le département californien de la foresterie et de la protection contre les incendies, lors d'une conférence de presse aux côtés du gouverneur de l'Etat, Jerry Brown, et du secrétaire de l'Intérieur, Ryan Zinke.

Plus de 8 800 structures, pour la plupart des maisons, ont été brûlées dans et autour de la ville de Paradise, où se focalisent les recherches de restes humains. Environ 5 000 personnes sont encore concernées par des ordres d'évacuation.

Le shérif du comté de Butte, Kory Honea, a déclaré mardi soir que 100 membres de la Garde nationale allaient prêter main forte aux équipes de recherches. "C'est l'une des pires catastrophes que j'ai vues dans ma carrière", a dit aux journalistes le directeur de l'Agence fédérale de gestion des urgences (Fema), Brock Long, depuis la ville voisine de Chico.