États-Unis : une rédaction sans journaliste, est-ce possible ?

À San Francisco (États-Unis), un entrepreneur français diplômé de Stanford a monté une rédaction web basée sur l'intelligence artificielle et les logiciels autonomes.

FRANCEINFO

Un site web journalistique qui produit du contenu sans journaliste, est-ce possible ? C'est le défi d'Alexandre Elkrief, entrepreneur à San Francisco et créateur de Knowhere News. "Notre but à long terme est de devenir le plus gros employeur de journalistes du monde", dit-il. Mais il faut avant trouver un modèle économique viable, basé ici sur les robots.

Des articles pour chaque sensibilité politique

Chaque jour, Knowhere News publie 50 articles, tous rédigés par des logiciels autonomes. L'intelligence artificielle surveille en temps réel 350 sources différentes pour ensuite rédiger ses propres articles. Mais l'entreprise se différencie surtout par sa propension à écrire plusieurs articles sur le même sujet, histoire de satisfaire toutes les sensibilités. Exemple : trois versions d'un article sur les Mexicains qui veulent émigrer aux États-Unis sont rédigées : une impartiale, une de gauche et une de droite. "On ne fait jamais exclusivement confiance à la machine, donc on a des rédacteurs qui vont vérifier que ce qu'on publie est correct d'un point de vue éthique", précise Alexandre Elkrief.

De nombreuses femmes affirment avoir été harcelées sur les réseaux sociaux par des journalistes membres d\'un groupe Facebook, la \"Ligue du LOL\". 
De nombreuses femmes affirment avoir été harcelées sur les réseaux sociaux par des journalistes membres d'un groupe Facebook, la "Ligue du LOL".  (AFP)